Le Fado

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Fado

Message  Sapho le Dim 12 Avr 2015 - 20:12

avatar

Sapho
Le sage ArtiLittere


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Fado

Message  bergamote le Dim 12 Avr 2015 - 20:17

ah ben oui Sapho il n'y a qu'elle la grande l'unique Amalia
quelle voix quel talent merci à toi I love you
avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Fado

Message  Arun le Lun 13 Avr 2015 - 9:07

Oui quelle riche et unique voix elle possédait  ! Toujours émue de l'entendre ! Merci Sapho du partage.   Smile

"Considéré comme la Reine du fado (a rainha do fado), elle fut une des plus grandes ambassadrices du Portugal.
Sa voix si particulière lui a valu une réputation mondiale. En portugais, Rodrigues se prononce "ro-drigues" (avec un 'i' long) et pas "ro-dri-guèze" à la française"


Pour mémoire :

"Cinquième d'une famille de neuf enfants, Amália naît en 1920 à Lisbonne, dans le quartier de l'Alcântara et sera élevée par sa grand-mère maternelle. Elle commence dès 1939 à chanter des textes du compositeur Joaquim José de Lima dans les "maisons de fado" de Lisbonne, et notamment au club Retiro da Severa, sous le nom d'Amalia Rebordao. La jeune femme est en effet attirée depuis toujours par le fado, ce chant populaire portugais nostalgique et sensuel importé du Brésil au XIXe siècle à Lisbonne. Au Solar da Alegria, au Café La Gare, au Luso ou au Café Mondego, Amália reprend la gestuelle d'Alfredo Marceneiro, autre père du fado. C’est donc figée, les yeux fermés et l’expression pleine de supplice que la jeune femme interprète ses chants.

Madrid la découvre en 1942, suivi du Brésil deux ans plus tard, où elle enregistre un album. Elle y reviendra souvent, comme à Paris, où elle chante pour la première fois en 1949, chez Carrère, une boîte chic. En 1955, en jouant dans les Amants du Tage d'Henri Verneuil, Amália accède à l'international. En 1956, l'Olympia la voit sur scène, soufflant la vedette aux Compagnons de la Chanson, à la veille de l'immigration portugaise. Suivront ensuite l'ABC, Bobino… où elle interprète, en français Aïe mourirpour toi de Charles Aznavour en 1957. Sa présence sur scène et sa voix inimitable expliquent son rayonnement national et international. Mais la Révolution des œillets de 1974 l’empêche de continuer à chanter le fado car on lui reproche d'avoir servi la dictature de Salazar. Elle doit alors attendre que les intellectuels récupèrent le fado pour resurgir. Mais cette incarnation vivante de l'âme portugaise parvient sans mal à revenir sur le devant de la scène et dès 1985, elle triomphe dans la salle du Coliseu de Lisbonne. Décorée par le président de la République Mario Soares en 1990, elle fait ses adieux à la scène et s'installe au Portugal, au terme de soixante ans de carrière. Avec plus de cent soixante-dix disques à son effectif, et une douzaine de films, on la compare parfois à la Callas. Elle décède à Lisbonne le 6 octobre 1999, à l’âge de 79 ans. Les restes de la chanteuse ont été transportés au Panthéon national de Lisbonne. C’est la première femme, parmi les portugais illustres, à y entrer. Sa mort a été un choc pour l'ensemble des Portugais. Elle reste à jamais l'âme des Portugais, déesse du fado."
avatar

Arun
Tour de contrôle


http://www.suzannephilippe.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Fado

Message  bergamote le Lun 13 Avr 2015 - 13:21

merci Arun de ces informations qui nous font mieux connaître encore cette grande dame I love you
avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Fado

Message  Sapho le Lun 13 Avr 2015 - 14:48

avatar

Sapho
Le sage ArtiLittere


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Fado

Message  Sapho le Lun 13 Avr 2015 - 14:57


Mariza est une Mozambicaine dont l’âme s’est forgée dans le vieux district de Mouraria à Lisbonne : c’est là qu’elle a entendu des chanteurs de fado pour la première fois et ces souvenirs — si nombreux qu’ils se fondent dans sa mémoire — vivent encore dans sa musique.
Ses hommages à Fernando Maurício et Amália Rodrigues dans son dernier album, Transparente, ne sont dès lors pas surprenants. Bien qu’elle expérimente d’autres formes rythmiques, Mariza a toujours été impliquée dans le fado. Son premier album, au titre évocateur de Fado em mim (« Fado en moi », en 2001) soulève l’enthousiasme au Portugal et propulse Mariza sur la scène internationale. Commentaire sans ambages de la presse : « une star est née ».
En 2002, elle reçoit le First Award for Most Outstanding Performance au Festival d’été de Québec et elle se produit à Central Park à New York, au mythique Hollywood Bowl, au World of Music, Arts and Dance et au Purcell Room (en) à Londres. En mars 2003, nouvelle consécration : la BBC Radio lui décerne le Best European World Music Artist Award (un prix qu’elle recevra de nouveau en 2005).
Son deuxième album, Fado Curvo (« Fado courbe », dont le titre exprime l’idée que le fado, comme le destin, n’est pas une ligne droite) voit le jour la même année et confirme tous les espoirs placés sur la jeune chanteuse. En termes de ventes, Mariza dépasse alors tous les autres chanteurs contemporains de fado — elle vend six fois plus qu’eux. Lors de tournées en Europe et en Amérique du Nord, ses concerts au Queen Elizabeth Hall à Londres, au Alte Oper à Francfort, au Centre culturel de Belém à Lisbonne et au Théâtre de la Ville à Paris sont complets.
En 2004, elle participe à Unity, l’album officiel des Jeux olympiques, où elle chante « A Thousand Years » en duo avec Sting. Les concerts se multiplient sur les quatre continents dans des salles prestigieuses : Carnegie Hall à New York, Opera House à Sydney, Maison de la Musique à Moscou, Barbican Centre à Londres pour n’en citer que quelques-unes.
Dans Transparente (« Transparent »), son album sorti en 2005 dans 35 pays d’Europe, d’Amérique Latine et aux États-Unis, elle se révèle plus encore. C’est un tournant pour Mariza. Sa passion pour chanter les mots des poètes reste intacte : ces mots, elle les fait siens à travers l’émotion de son interprétation.
En mars 2005, Mariza devient une des ambassadrices internationales du travail et de l’esprit de Hans Christian Andersen. Le Danemark l’a choisie non pas pour sa gloire au Portugal et à l’étranger mais parce que le fado, comme l’œuvre d’Andersen, témoigne d’une certaine mélancolie poétique qui rend son appel universel.
En juillet, elle est invitée à faire partie du “Live 8” sous la bannière « Africa Calling » avec des artistes tels que Peter Gabriel, Youssou N’Dour et Angélique Kidjo. Une journée d’émotions pour Mariza, née au Mozambique. Cette même année la voit donner un concert inoubliable à Lisbonne, avec l’Orchestre "Sinfonietta" de la ville, devant plus de 20 000 personnes, et être nommée Ambassadrice nationale du Portugal à l’Unicef pour défendre, promouvoir et aider les initiatives de l’Unicef.
En février 2006, le Président de la République du Portugal honore Mariza du prestigieux « Comenda da Ordem do Infante D. Henrique », un titre qui distingue les personnalités ayant contribué à l’expansion de la culture, de l’histoire et des valeurs du Portugal dans le monde.
Le Portugal la consacre aussi avec un « Golden Globe Award » dans la catégorie du Meilleur Interprète de l’année pour son album Transparente. Et l’Australie s’y met aussi : Mariza vient d’être nominée aux « 2006 Helpmann Awards » dans la catégorie Meilleur Concert Contemporain International (les Helpmann Awards en Australie sont similaires aux Tony Awards à Broadway et aux Olivier Awards à Londres).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


bounce bounce bounce
avatar

Sapho
Le sage ArtiLittere


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Fado

Message  bergamote le Lun 13 Avr 2015 - 16:24

olalala Sapho!

c'est aussi beau aussi émouvant merci à toi
cheers I love you
avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum