rené fregni

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

rené fregni

Message  bergamote le Ven 20 Mar 2015 - 9:36


René Frégni, né le 8 juillet 1947 à Marseille, est un écrivain français.

Dès l'entrée au CP, il subit les moqueries des enfants qui l'appellent "quatre oeil". Blessé, René jette ses lunettes et n'en portera plus jusqu'à lâge de 19 ans. Il rate sa scolarité et traîne, toute sa jeunesse, avec une bande de chenapans dans les rues de Marseille.

Déserteur à 19 ans, il vit cinq ans de petits boulots à l'étranger sous une identité d'emprunt puis revient en France.

Il a connu une existence mouvementée avant de se consacrer à l’écriture. Il a exercé divers métiers, dont celui d’infirmier psychiatrique, et a longtemps animé des ateliers d’écriture à la prison des Baumettes de Marseille.

Lors de son séjour en prison militaire, il découvre tour à tour les grands écrivains qui l'accompagneront toute sa vie : Giono, Céline, Camus et Flaubert. C'est là aussi qu'il écrit son premier poème : il ne lâchera plus ni son cahier ni son stylo. Quarante ans d'écriture et d'évasions.

Il est aujourd'hui l’auteur d’une quinzaine de livres, imprégnés de ses voyages et de son expérience avec des détenus.

L’essentiel de son œuvre est disponible dans la collection Folio-Gallimard.

La ville est au centre de tous les romans qu'il écrit mais chaque page traverse des forêts, des hameaux perdus, des plateaux sauvages. Toute l'oeuvre chemine entre la noirceur des hommes, la lumière de la mer et la beauté des femmes. Son âme est Manosquine autant que Marseillaise.

Il écrit également des livres pour enfants.

La plupart de ses romans ont reçu un Prix littéraire et sont traduits en 6 langues.


"René Frégni est plus qu'un grand écrivain. Ses nombreux prix littéraires ne l'éloignent pas des autres. C'est un père et un éducateur. Ses interventions dans les prisons et les écoles, son humanisme, son humour, sa gentillesse, sa volonté constante de partager ses savoirs, en font un gentleman des lettres"

(Jean Darot - Parole Editions)


Les chemins noirs

Quatrième de couverture

Un homme jeune, très jeune, commet un jour sans le vouloir un acte irréparable, et dès cet instant la vie sera pour lui une longue cavale qui le mènera de Verdun à Paris, de Paris à Marseille, de Marseille en Corse, de Corse en Italie, d'Italie au Monténégro, du Monténégro en Turquie, de Turquie en Grèce, et enfin de Grèce à Marseille, dans l'immédiat après-Mai 68, où il découvrira en tant qu'aide-infirmier cet autre monde qu'est l'hôpital psychiatrique. Telle est donc la trame picaresque du premier roman de René Frégni qui sait de quoi il parle, longtemps familier de la route et compagnon de l'aventure, et qui surtout exprime admirablement la solitude, la détresse, l'humour et l'inébranlable volonté de survivre d'un être désormais en marge.

Mon avis

Le côté noir est plus que jamais apparent dans ce roman. Il parle clair. Ses phrases sont courtes et percutantes.

avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: rené fregni

Message  Arun le Ven 20 Mar 2015 - 11:53

Tiens je découvre Bergamote ! Je ne connaissais pas du tout cet auteur qui parait vraiment digne d’intérêt ! Je le mets sur ma liste de romans à lire. Merci pour ce nouveau partage ! flower

avatar

Arun
Tour de contrôle


http://www.suzannephilippe.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: rené fregni

Message  bergamote le Lun 30 Mar 2015 - 17:09






la fiancée des corbeaux


Présentation de l'éditeur


«Je n'ai jamais vu autant de corbeaux qu'autour d'Isabelle. Dès l'aube ils noircissent les trois grands chênes qui dominent sa maison. Ils restent là des jours à observer ses gestes, ses pas, la douceur de sa vie. Je suis comme eux, je les comprends.»
René Frégni marche chaque jour sur des chemins où ses filles ont couru, grandi, avant de partir vivre leur vie. Seul désormais, il sillonne inlassablement une Provence brûlée par l'été et le gel.

Dans un décor âpre et sauvage, il croise d'étranges silhouettes ; un vieil homme sans mémoire regarde comme des fantômes les arbres qu'il a plantés, un truand qui a passé vingt-sept ans dans l'ombre des prisons lui raconte les lambeaux solitaires et violents de sa vie, une femme d'une mystérieuse douceur traverse des champs de neige suivie, de loin en loin, par un nuage de corbeaux.

Comme une suite à Elle danse dans le noir, ce journal est un chant d'amour qui monte des vastes déserts de pierre et de lavande que l'on découvre dès que l'on quitte Banon, Manosque ou Moustiers-Sainte-Marie, un chant mélancolique et lumineux ; un voyage parfois cruel vers la tendresse et la beauté.


Mon avis

Je rejoins tout à fait la présentation de l'éditeur et j'ajoute que ses mots sont tellement beaux et poétiques que l'on découvre, si nous ne la connaissons pas une Provence si parfumée si haute en couleurs et si belle
il nous fait aimer ses voyages sur son cahier blanc de Marseille à Manosque à travers toutes les saisons. Il nous fait connaître les hommes qu'il a rencontrés.

Tout cela avec en arrière-plan l'amour de son pays et l'amour tout court, tendre et ... simple...

j'ai adoré.
avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: rené fregni

Message  Arun le Lun 30 Mar 2015 - 17:36

Je note, je suis certaine que cette auteure m'intéresserait ! Merci encore Bergamote ! Smile


"Le mouton n'a pas mangé la rose et le Petit Prince n'est pas mort"

avatar

Arun
Tour de contrôle


http://www.suzannephilippe.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: rené fregni

Message  bergamote le Mer 15 Avr 2015 - 12:57





On ne s’endort jamais seul


Quatrième de couverture

Que la partie de pétanque soit finie ou pas, à cinq heures pile Antoine est devant la grille de l'école. Marie, sept ans, lui saute dans les bras. Pour ce facteur, veuf depuis peu, c'est le plus beau moment de la journée. Jusqu'à ce 10 mai où Antoine arrive avec un quart d'heure de retard à l'école. Dans l'intervalle Marie a disparu, kidnappée.

On ne s’endort jamais seul s'ouvre comme un précipice, creusé dans la détresse d'un père. Sans répit, le vertige broie chaque espoir, chaque indice. Malgré les efforts de Camille Ferréol, la maîtresse d'école, de Jacky Costello, le caïd, de Martine, dite Tania la Pute Bleue, nul ne parvient à enrayer l'engrenage. La rage au cœur, Antoine quadrille Marseille. Sa traque, guidée par la tendresse, puise alors sa puissance dans la violence couleur vengeance.
Un suspense implacable, noué dans l'émotion même.

Mon avis

Antoine, jeune homme veuf et père d’une fillette de 7 ans ne vit plus que pour celle-ci.

Un jour elle disparait.

René Frégni nous entraine avec Antoine dans une recherche effrénée, déjantée, dure et violente. Il veut retrouver sa fille. Il en devient fou de désespoir.

Heureusement, il retrouve un ami d’enfance, Jacky, ancien voyou qui connait tous les secrets des bas-fonds de Marseille et qui est respecté dans le milieu. Il partage avec Antoine ses angoisses et son désir forcené de savoir ce qu’est devenue la petite fille. Il va l’aider à la chercher sinon la retrouver.

Des nuits et des jours épouvantables avec une alternance de dégout, de désespoir et d’espoir et enfin !...

A lire.
Ceux qui ont des enfants comprendront encore mieux cette folie dévastatrice provoquée par la douleur de ne pas savoir où il est.
avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: rené fregni

Message  Arun le Mer 15 Avr 2015 - 13:04

Décidément, je dois à tout prix lire cet auteur ! Je note, merci Bergamote ! Very Happy


"Le mouton n'a pas mangé la rose et le Petit Prince n'est pas mort"

avatar

Arun
Tour de contrôle


http://www.suzannephilippe.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum