Toni morrison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Toni morrison

Message  bergamote le Mar 28 Avr 2015 - 10:51

Toni Morrison (biographie)

(de son vrai nom Chloe Anthony Wofford), née le 18 février 1931 à Lorain en Ohio, est une romancière, professeur de littérature et éditrice américaine, lauréate du Prix Pulitzer en 1988, et du prix Nobel de littérature en 1993. Elle est à ce jour la huitième femme et le seul auteur afro-américain à avoir reçu cette distinction.
C’est le roman Beloved, dont l'édition française remonte à 1989, qui a fait connaître Toni Morrison en France. Mais sa notoriété américaine était venue dix ans plus tôt, coup sur coup, en l'espace de deux romans : Sula (1973) et Song of Solomon (1977).

BELOVED
un classique certes mais qui vieillit bien !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



4 ème de couverture

nspiré d'un fait divers survenu en 1856, Beloved exhume l'horreur et la folie d'un passé douloureux. Ancienne esclave, Sethe a tué l'enfant qu'elle chérissait au nom de l'amour et de la liberté, pour qu'elle échappe à un destin de servitude. Quelques années plus tard, le fantôme de Beloved, la petite fille disparue, revient douloureusement hanter sa mère coupable. Loin de tous les clichés, Toni Morrison ranime la mémoire et transcende la douleur des opprimés. Prix Pulitzer en 1988, Beloved est un grand roman violent et bouleversant. Traduit de l'anglais (États-Unis) par Hortense Chabrier et Sylviane Rué

mon avis


C’est un roman qui ne peut se lire pour se distraire, il nous prend aux tripes dès les premières pages et nous ne pouvons plus le lâcher.
Des mots durs, précis, décrivent dans toute leur cruauté, les sévices corporels, les douleurs, et les vexations imposés aux gens de couleur dans les années 1840 dans le Kentucky
Cela aurait pu se passer ailleurs.
Des êtres humains qui deviennent des bêtes tellement leurs souffrances sont insoutenables.

Une femme, Sethe dans une douleur et des sévices plus forts que d’autres fois, tue sa petite fille pour qu’elle ne vive jamais ce qu’elle endure, elle.
Mais tout le roman parle de cette petite Beloved. Tout l’amour que peut porter en elle une mère au bord de l’évanouissement.
Beloved revient : est-ce un doux rêve ? est-ce un terrible espoir enfin récompensé ? Mais Sethe y croit, la voit, lui parle.

Ce roman est terrible, mais en même temps, il faut que cela se sache. On peut cacher indéfiniment la période d’esclavage où des gens de couleurs ont eu le mors entre les dents, ont été pendus à des arbres encore vivants, ont eu les membres déchiquetés.
C’est dur, très dur, mais je crois que nous devons lire cela , simplement par respect pour ces hommes, femmes enfants qui ont perdu la vie, simplement à cause de leur différence.

Les chiens, les chevaux et les bêtes de ferme étaient mieux traités que ces esclaves.

Il ne va pas être facile de lire autre chose dans l’immédiat sans avoir ce goût amer dans la bouche.
avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Toni morrison

Message  Arun le Mer 29 Avr 2015 - 19:12

Un roman noir que je n'ai jamais oublié Berga, merci de ce rappel !

L’esclavage a été aboli en 1865 au sortir de la guerre de Sécession, mais les blessures de la servitude ne semblent pas prêtes à s’effacer. Entre les atrocités commises par le Ku Klux Klan et la ségrégation, sans parler des souvenirs de leur asservissement, les Afro-américains luttent pour s’en sortir. Il faudra pourtant attendre les réformes de 1964 et 1965 pour que la ségrégation soit abolie.

Ce récit fut difficile à suivre pour plusieurs raisons. Si j'ai bonne mémoire, Toni Morrison exerce un va-et-vient constant entre le présent et le passé, parfois sans transition, et dit les choses à demi-mots à grand renfort de métaphores ! C’est également toute l’horreur de l’esclavage qui est dépeinte : des familles séparées, des femmes violées, battues, des hommes traités comme des animaux etc. C'est toute une réalité de cette époque. Si je le relisais aujourd'hui, il me semble que j'en aborderai la lecture encore différemment. Il me souvient d'une histoire vraiment triste et déchirante !






"Le mouton n'a pas mangé la rose et le Petit Prince n'est pas mort"

avatar

Arun
Tour de contrôle


http://www.suzannephilippe.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Toni morrison

Message  bergamote le Mer 29 Avr 2015 - 20:18

oui tout est écrit en "douceur" pas de mots violents mais une angoisse latente en lisant ce roman.
avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Sula

Message  bergamote le Jeu 30 Avr 2015 - 16:52




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Présentation de l'éditeur

Dans l'Ohio des années 20, deux petites filles noires s'inventent ensemble une vie meilleure. Mais l'âge venant, tandis que Nel se plie à son rôle de mère et d'épouse, Sula choisit de conquérir ailleurs sa liberté. Pour tous, elle devient la scandaleuse, la dévoyée. Et doit se défendre, quarante ans plus tard, contre une société soumise à la vérité des autres... " Sula, c'est l'histoire d'une amitié féminine, puis d'un désamour ; le portrait d'une paria qui invente avant l'heure, et pour son seul usage, la liberté brûlante de la femme moderne. " Manuel Carcassonne - Le Figaro littéraire Traduit de l'anglais (États-Unis) par Pierre Alien Prix Pullitzer 1987 pour Beloved / Prix Nobel de littérature 1993



4 ème de couverture :


« l’âge venant, Sula la rebelle part rouler sa bosse dans les grandes villes, alors que Nel la sage accomplit sa vocation de mère et d’épouse …

…40 ans après, elles font leurs comptes, s’opposent et incarnent chacune à sa manière la farouche énergie de la femme noire face aux hommes si vulnérables… »

mon avis


Je n’ai pas tout à fait le même point de vue.

J’y ai plutôt vu une chasse à la sorcière et la candeur parfois méchante des autres personnages de ce roman.
Sula fait peur, parce qu’elle est émancipée et libre mais elle fait peur. Elle est considérée un peu comme une sorcière.

Nel, la trahie… la trompée ? …. Pas sûr !

En tous cas deux femmes au destin semblable : Pour Sula la recherche du plaisir, même si cela fait mal à sa meilleur amie, puisqu’elle « couche » avec son compagnon.

Quand j’ai terminé ce roman, je ne sais toujours pas laquelle des deux a traversé la vie avec le plus de chance et de liberté : la femme libre ou l’autre, mère de famille ?
Bref .. chacun y verra ce qu’il voudra bien y voir .
avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Toni morrison

Message  Arun le Jeu 30 Avr 2015 - 17:13

Je ne connaissais pas ce roman, donc je découvre et je te remercie pour le partage Berga. Very Happy

Par ailleurs, connaissant un peu Toni Morrison, la ségrégation et la discrimination raciales sont certainement omniprésentes dans ce récit Smile

Donc, je note pour une prochaine lecture Smile


"Le mouton n'a pas mangé la rose et le Petit Prince n'est pas mort"

avatar

Arun
Tour de contrôle


http://www.suzannephilippe.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Toni morrison

Message  bergamote le Jeu 30 Avr 2015 - 17:20

Oui forcément mais là c'est plutôt le destin différent de deux femmes de grande envergure ! à lire vraiment
Rolling Eyes
avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Toni morrison

Message  Arun le Lun 7 Sep 2015 - 17:48

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Notes de l'éditeur

Dans son onzième roman, qui se déroule à l'époque actuelle, Toni Morrison décrit sans concession des personnages longtemps prisonniers de leurs souvenirs et de leurs traumatismes.

Au centre du récit, une jeune femme qui se fait appeler Bride. La noirceur de sa peau lui confère une beauté hors norme. Au fil des ans et des rencontres, elle connaît doutes, succès et atermoiements. Mais une fois délivrée du mensonge - à autrui ou à elle-même - et du fardeau de l'humiliation, elle saura, comme les autres, se reconstruire et envisager l'avenir avec sérénité.

« Rusé, sauvage, et élégant... Toni Morrison distille des éléments de réalisme et d'hyperréalisme dans un chaos magique, tout en maintenant une atmosphère narrative séductrice et poétique, voire toxique... Une fois encore, Toni Morrison déploie une écriture courageuse et sensuelle qui fait d'elle, sans doute, la plus grande romancière contemporaine. » Lisa Shea

Style fort douloureux certainement, comme je suis attirée par la lecture de ce roman, j'en ai fait l'acquisition ... (à suivre)



"Le mouton n'a pas mangé la rose et le Petit Prince n'est pas mort"

avatar

Arun
Tour de contrôle


http://www.suzannephilippe.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Toni morrison

Message  bergamote le Lun 7 Sep 2015 - 19:58

je note également Arun !
avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Toni morrison

Message  Sapho le Sam 5 Déc 2015 - 19:05


LIVRE LU : UN DON




« Situé deux cents ans avant Beloved, Un don évoque, dans la même prose lyrique et verdoyante qui caractérisait son précédent roman, le monde beau, sauvage et encore anarchique qu'était l'Amérique du XVIIe siècle.


Toni Morrison a redécouvert une voix pressante et poétique qui lui permet d'aller et venir avec autant de rapidité que d'aise entre les mondes de l'histoire et du mythe, entre l'ordinaire de la vie quotidienne et le royaume de la fable...

Un don, le récit déchirant de la perte d'une innocence et de rêves brisés, est, dès à présent, à ranger aux côtés de Beloved, parmi les écrits les plus obsédants de Toni Morrison à ce jour. » (Michiko Kakutani, The New York Times)

« La force épique avec laquelle Toni Morrison rend compte de l'espace et du temps surpasse encore le talent avec lequel elle décrit ses personnages. Elle excelle à trouver une forme de poésie dans ce monde colonial brutal et décousu, amenant son œuvre au-delà de la simple dénonciation des infamies de l'esclavage et des difficultés d'être afro-américain. » (John Updike, The New Yorker)


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


RESSENTI




Depuis longtemps, je voulais lire un livre de TONI MORRISON, seule femme noire et afro-américaine ayant reçu le Prix Nobel de littérature (en 1993). Un peu intimidé par le lourd sujet de ses livres et redoutant le cours d'histoire romancé, j'ai attendu tout un temps avant de le commencer.
Ce livre n'est pas toujours facile à lire : il demande une attention sans relâche pour identifier les personnages que Toni Morrison introduit dans une savante déconstruction amenant le lecteur à retisser par lui-même le destin de chacun. Au départ, c'est déroutant. Puis j'ai été gagné par l'inépuisable flot de l'écriture de l'auteure, allant de l'épopée à la rêverie, de la description sociale au drame personnel, des détails matériels aux souvenirs enfouis qui recèlent les clés des personnages.


study study study
avatar

Sapho
Le sage ArtiLittere


Revenir en haut Aller en bas

Re: Toni morrison

Message  bergamote le Sam 5 Déc 2015 - 20:20

tu as très bien fait Sapho
on n'est jamais déçus par cette auteure kiss2
avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Toni morrison

Message  Sapho le Mer 6 Jan 2016 - 15:40

Je viens de terminer BELOVED, livre avec lequel tu as ouvert le fil Berga !


Ce que j'en pense:


Avec BELOVED on découvre que l’esclavage ne se limitait pas seulement à l’achat et à la vente des noirs et à leur réduction en bétail travaillant durement dans des champs avec les aléas liés à ces états de fait. Ce livre se propose de nous tenir par la main et nous faire vivre chaque instant de l’âme d’une esclave. Ce récit est très loin de ceux écrits par les historiens européens qui inondent les bibliothèques et qui font autorité parce que synonyme de vérité. Ici c’est le regard de l’esclave porté sur sa propre âme qui nous fait parcourir les étapes douloureuses d’une vie qui ne dépend pas de lui.

Jamais, en effet, l’univers des esclaves dans le nouveau monde n’a été peint avec autant de délicate crudité. Jamais les documents que nous avons pu lire sur l’esclavage ne nous ont peint avec justesse les sentiments des esclaves : comment ils vivaient leur sentiment amoureux, leur sexualité, l’éducation de leurs enfants, etc. Ce livre m’apparaît donc à la fois comme un documentaire sur les sévices de l’esclavage et un roman qui peint la voix de l’âme noire criant son humanité à l’adresse de son tortionnaire blanc. A travers l’histoire du fantôme d’une fillette à qui sa mère esclave a donné la mort pour lui éviter de tomber sous le joug de son maître, c’est toute l’histoire de l’inhumanité de l’esclavage que Toni Morrison nous met sous les yeux. Après la lecture de ce roman, jamais nous ne parlerons de la traite des noirs avec légèreté.


study study study
avatar

Sapho
Le sage ArtiLittere


Revenir en haut Aller en bas

Re: Toni morrison

Message  Arun le Mer 6 Jan 2016 - 16:26

Sapho, j'ai lu "Beloved" il y a déjà quelques années et je me souviens qu'il m’avait marqué ! Toni Morrison raconte de façon poignante, dans ce roman qui lui valut sa première consécration littéraire - le prix Pulitzer 1988 - l'horreur et la folie de l'esclavage.

Donc, je le recommande comme lecture. Moi-même, dès que j'en aurai l'occasion je le relirai sans doute ...

Merci Sapho pour ce nouveau partage ! study


"Le mouton n'a pas mangé la rose et le Petit Prince n'est pas mort"

avatar

Arun
Tour de contrôle


http://www.suzannephilippe.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Toni morrison

Message  Sapho le Mer 17 Mai 2017 - 15:02


LIVRE LU : SULA




RESUME




Au cœur de l'Amérique profonde, deux petites filles noires s'inventent une autre vie, plus riche, plus drôle, plus libre surtout que la dure réalité qui les entoure.

L'âge venant, Sula la rebelle part rouler sa bosse dans les grandes villes alors que Nel, la sage, accomplit sa vocation de mère et d'épouse.

Quarante ans après, elles font leurs comptes, s'opposent et incarnent chacune à sa manière la farouche énergie de la femme noire face aux hommes si vulnérables.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


RESSENTIS




Plus que la rencontre d’un personnage, Sula nous fait découvrir le quotidien d’un petit village de campagne d’une communauté noire, où l’ignorance côtoie la religion et le bonheur des choses simples. Les familles n’ont de limites que celles que les mères donnent ; comme Eva, cette grand-mère unijambiste de Sula qui accueille tous les enfants abandonnés ou lésés du voisinage. A l’inverse, on trouve également de petits ménages intimistes comme celui d’Helen, mère de Nel, qui tient la maison en attendant le retour de son mari pêcheur.
A travers l’amitié de ces deux petites filles, Sula et Nel, Toni Morrison nous ouvre les yeux sur le fardeau d’être une femme noire. L’être, c’est être en bas de l’échelle sociale, sous l’homme noir. Lorsque Nel, enfant, voit sa mère sourire béatement au contrôleur d’un train après que celui-ci l’ai traité avec mépris ; dans ce sourire, ce petit fragment où sa mère, femme noire, ne peut que courber l’échine, Nel comprendra la place qu’elle tiendra dans cette société.
Morrison est une amie proche d’Angela Davis et Maya Angealou, ce n’est donc pas un hasard si l’on devine une empreinte féministe dans son analyse… bien que l’auteure s’en défende.

Le paysage littéraire de Morrison est sensiblement une représentation d’une minorité effacée ou réduite au second plan dans la littérature moderne, quand il n’est pas question de l’esclavage.


study study study
avatar

Sapho
Le sage ArtiLittere


Revenir en haut Aller en bas

Re: Toni morrison

Message  bergamote le Mer 17 Mai 2017 - 17:34

merci Sapho j'en parle un peu plus haut de Sula mais quel écrivain cette Toni Morrison !!
avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Toni morrison

Message  Sapho le Mer 17 Mai 2017 - 18:37

Oui chère Marie, j'avais vu que tu avais lu ce livre !

C'est l'une de mes auteures préférées study study
avatar

Sapho
Le sage ArtiLittere


Revenir en haut Aller en bas

Re: Toni morrison

Message  Arun le Sam 20 Mai 2017 - 17:41

Merci encore pour ce nouveau titre partagé Sapho ! je note ...


"Le mouton n'a pas mangé la rose et le Petit Prince n'est pas mort"

avatar

Arun
Tour de contrôle


http://www.suzannephilippe.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum