Akiyuki NOSAKA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Akiyuki NOSAKA

Message  Sapho le Mar 5 Mai 2015 - 18:59


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Sa mère meurt peu après sa naissance et son père le confie à une famille adoptive. Sa mère adoptive meurt l'été 1945 sous les bombes américaines. Errant dans les décombres avec sa petite sœur, celle-ci rend l'âme atteinte de malnutrition à la suite de la famine. Nosaka s'en sort alors par le vol et la magouille avant d'être attrapé par les autorités et enfermé en maison de correction. Son père le retrouve et l'envoie suivre des études de littératures françaises à Tokyo. Mais manifestement il n'est plus capable de mener une vie tranquille et il quitte ses études vivant de petit boulot en petit boulot. Travaillé par des questions existentielles, il devient écrivain en 1954. Son premier roman, Les Pornographes, est publié en 1963. Le scandale de cette sortie le rend célèbre. Il continue sur la voie qu'il s'était tracé et écrit La Tombe des lucioles en 1967, un roman partiellement autobiographique.


Il a obtenu le Prix Naoki pour ses deux nouvelles La Tombe des lucioles


LIVRE LU : LA TOMBE DES LUCIOLES


RESUME


C'est avec ces deux récits admirables et particulièrement bouleversants, couronnés en 1968 par le prix Naoki, l'une des plus hautes distinctions littéraires, que Nosaka conquit la notoriété. Peu de temps auparavant, Mishima avait applaudi à son premier roman : "Les Pornographes", roman scélérat enjoué comme un ciel de midi au-dessus d'un dépotoir. La Tombe des lucioles, visionnaire et poignant : l'histoire d'un frère et d'une soeur qui s'aiment et vagabondent dans l'enfer des incendies tandis que la guerre fait rage et que la faim tue. Voici une prose étonnante, ample, longue, proustienne dans le sens qu'elle réussit à concentrer en une seule phrase des couleurs, odeurs et dialogues, mais prose très violente, secouée de mots d'argot, d'expressions crues, qui trouvent ici une beauté poétique et nouvelle, d'images quasi insoutenables - prose parcourue d'éclairs.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


QU'EN DIRE?




L'écriture est assez inhabituelle pour un auteur japonais : une prose étonnante, ample, longue, réussissant à concentrer en une seule phrase des couleurs, odeurs et dialogues, un récit très violent, très cru, mais qui trouvent ici une beauté poétique parsemé d'images quasi insoutenables. Attention pour ceux qui ont déjà vu le film d'animation, le livre est vraiment beaucoup plus dur, plus désespéré...


EXTRAIT




Mais déjà la faim n'était plus, la soif n'était plus, la tête pendait lourdement sur la poitrine, "Pouah, c'est dégueulasse", "P'têt ben qu'il est mort", "Quelle honte, laisser traîner ça dans la gare, alors qu'les Américains peuvent arriver d'une minute à l'autre", ses oreilles qui seules tenaient encore à la vie pouvaient distinguer toute une variété de bruits, la nuit, quand tout retournait subitement au silence : des geta résonnant dans le hall, le grondement du train passant au-dessus de sa tête, des pas s'élançant soudainement, la voix d'un petit gosse : "Mamaaan !", ou celle d'un homme, là tout près de lui, qui parle entre ses dents, le bruit des seaux d'eau déversés à toute volée par les employés de la gare, "Quel jour qu'c'est aujourd'hui ?", oui, quel jour ça pouvait-y bien être, combien d'temps qu'il était là ? dans une lueur de conscience il vit le sol en béton juste sous ses yeux, sans pour autant s'apercevoir qu'il gisait sur le côté dans une posture identique à celle qu'il avait quand il était assis, le corps plié en deux, les yeux obstinément fixés sur la fine couche de poussière qui, à la surface du sol, frémissait au rythme de sa faible respiration, et se demandant seulement "quel jour qu'y peut être, quel jour qu'c'est ?", Seita expira.


study study study
avatar

Sapho
Le sage ArtiLittere


Revenir en haut Aller en bas

Re: Akiyuki NOSAKA

Message  Arun le Mar 5 Mai 2015 - 19:18

Déjà que je trouvais que le film d'animation était très dur ! pale

Mais je lirai ce récit avec plaisir. Sans doute que cela me plaira car j'ai apprécié le film énormément. D'une beauté et d'une poésie sans égale, malgré l’histoire bouleversante de cette petite fille !

Merci Sapho du partage, je prends note ...


"Le mouton n'a pas mangé la rose et le Petit Prince n'est pas mort"

avatar

Arun
Tour de contrôle


http://www.suzannephilippe.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Akiyuki NOSAKA

Message  bergamote le Jeu 7 Mai 2015 - 20:38

je note Sapho
le thème me plait
Smile
avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Akiyuki NOSAKA

Message  bergamote le Sam 9 Mai 2015 - 9:51

je croyais avoir perdu ce fil! en fait je l'avais noté Sapho !dans mes commandes prochaines Very Happy
avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum