Se souvenir des belles choses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Se souvenir des belles choses

Message  Arun le Mer 8 Juil 2015 - 19:15

Synopsis

Claire Poussin présente des troubles de la mémoire et de l'élocution. Sa soeur, qui l'emmène consulter le docteur Christian Licht, un psychiatre, est inquiète. Claire pourrait être atteinte de la même maladie que sa mère : un Alzheimer, mais très précoce. Dans l'établissement de soins, Claire rencontre Philippe, devenu amnésique après un accident de voiture qui a coûté la vie à sa femme et à son enfant. Leurs regards se croisent. Ces deux êtres à la dérive tombent amoureux. Licht, au courant de cette idylle naissante et de la lucidité toujours déclinante de Claire, les pousse à emménager ensemble avant qu'il ne soit trop tard. Lentement, Philippe voit Claire se perdre dans les méandres de sa mémoire...


Joli succès public salué par trois césars, le premier film de Zabou Breitman a su se distinguer en prenant le risque d'aborder un sujet déconcertant : la mémoire. A travers des personnages à la fois familiers et singuliers, ce thème un peu abstrait se charge d'émotion. L'histoire réunit Claire, une jeune femme qui commence à tout oublier, et Philippe, un homme qui commence à tout se rappeler, après un accident de voiture dont il était sorti amnésique. Les deux sont patients d'un centre pour les oublieux de toutes sortes, une grande maison où l'on se déplace en suivant des lignes de couleur pour ne plus perdre le fil.

Positiviste, comme la thérapeute qu'elle interprète, la réalisatrice joue avec les déraillements souvent burlesques de la mémoire. Réfléchie, elle ménage une place à une évocation stylisée de la Shoah, qui semble, en dépit de sa sincérité, une parenthèse un peu appliquée. Mais, pour dire que la mémoire peut être une douleur et aussi le bien le plus précieux, Zabou donne la part belle aux acteurs. Isabelle Carré et Bernard Campan sont formidables dans cette histoire d'amour où s'invite l'oubli, comme un amant terriblement possessif.


LA CRITIQUE LORS DE LA SORTIE EN SALLE DU 09/01/2002

Un film sur la mémoire ? Le sujet déconcerte, à la fois si particulier et si ouvert. Zabou Breitman a su le cerner, avec sérieux, mais surtout en privilégiant l'émotion. La mémoire semble être pour elle une passion, qu'elle nous fait ici partager à travers des personnages simples, comme ceux qu'elle a elle-même souvent joués sous le nom de Zabou tout court. Claire (Isabelle Carré, rigoureuse et sensible) a tout l'air d'une jeune fille sans histoire, et elle a d'ailleurs perdu le fil de la sienne : un jour d'orage, la foudre a volatilisé ses souvenirs. Encore un peu « illuminée », elle entre dans un centre pour les oublieux de toute espèce, une grande maison où l'on se déplace en suivant des lignes de couleurs, pour ne plus perdre le fil ­ belle idée visiblement documentaire. C'est là que la mère de Claire est morte, de la maladie d'Alzheimer, une histoire si vite balayée qu'on s'attend forcément à voir resurgir la gravité sous la légè- reté décrétée par Zabou. Positiviste, comme la thérapeute qu'elle interprète, la réalisatrice insiste sur la fantaisie des comportements et du langage, les déraillements souvent burlesques de la mémoire. Elle réussit ainsi quelques bonnes scènes de comédie (vivement soutenues par Dominique Pinon), mais la description de cet univers très singulier reste assez pépère. Les échappées dans le parc autour du centre ont, par contraste, un pouvoir libérateur, parfois réjouissant, comme cette vision intrigante de Claire grisée par une pluie d'orage, et parfois moins heureux : une évocation éclair, et stylisée, de la Shoah semble, en dépit de sa sincérité, une parenthèse un peu appliquée. Ne faire aucun oubli sur la question de la mémoire, ce n'est plus un objectif de cinéaste. L'histoire se recentre heureusement sur un personnage fort et contrasté : Philippe (Bernard Campan, phénoménal dans un registre dramatique et émotionnel), un garçon d'une grande douceur, mais complètement « anesthésié » par un accident de voiture qui a effacé en lui jusqu'à la sensation même de la douleur. Claire le sort de cette torpeur, et en même temps qu'elle éveille l'amour, elle réveille les blessures secrètes de Philippe. Le film suit dès lors une trajectoire très sûre : plus Philippe retrouve ses souvenirs, qui lui font mal, plus Claire perd la mémoire, et devient insensible. L'un renaît dans la souffrance, l'autre s'éteint dans la douceur, c'est un véritable théorème de mélodrame, entre Love Story et Une étoile est née. Sauf qu'ici Claire et Philippe ont à peine quelques scènes où ils sont vraiment ensemble : elle aime un garçon qui n'est pas encore lui, il aime une fille qui n'est déjà plus elle. Zabou Joue adroitement sur ces décalages qui court-circuitent le sentimentalisme, et le raffinent en affirmant qu'on n'aime pas avec des mots, ni avec des sentiments, mais avec la mémoire. On s'en souviendra - Frédéric Strauss


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


"Le mouton n'a pas mangé la rose et le Petit Prince n'est pas mort"

avatar

Arun
Tour de contrôle


http://www.suzannephilippe.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se souvenir des belles choses

Message  bergamote le Jeu 9 Juil 2015 - 11:51

ah !! Arun je l'ai enregistré et je pensais le regarder ce soir j'adore ces deux acteurs ! et ce que tu en dis dans tes résumés me confortent ! merci à toi
bisou
avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se souvenir des belles choses

Message  Arun le Jeu 9 Juil 2015 - 12:17

Je l'ai regardé. J'ai trouvé ce film à la fois merveilleux et à la fois triste ... le jeu des deux acteurs est vraiment magique. Des moments intenses de bonheur et d'amour. Le sujet est également traité d'une manière ludique, légère. Oui j'ai adoré Berga, je te le conseille Smile


"Le mouton n'a pas mangé la rose et le Petit Prince n'est pas mort"

avatar

Arun
Tour de contrôle


http://www.suzannephilippe.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se souvenir des belles choses

Message  bergamote le Ven 10 Juil 2015 - 22:37

Comme toi j'ai trouvé ce film est d'une tendresse! mais hélas très beau et très triste
j'ai aimé les deux acteurs quel talent !
I love you de toute façon Zabou ne se trompe jamais ! rien n'est à jeter dans les films qu'elle fait .
avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum