Quand la Lozère offre l'asile

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Quand la Lozère offre l'asile

Message  Arun le Sam 29 Aoû 2015 - 12:27

Chambon-le-Château : une terre d’accueil  le dimanche 30 août à 13h30 sur TF1 dans Grands reportages.

Quand la Lozère offre l'asile

Propos recueillis par Vincent Arquillière Publié le 29/08/2015 par Télérama

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Petit village confronté à la désertification rurale, Chambon-le-Château accueille depuis plus de dix ans des demandeurs d'asile. Un documentaire, diffusé sur TF1 dimanche 30 août, suit le quotidien de trois familles. Questions à Ghislaine Buffard, la réalisatrice.

Si le reportage de Ghislaine Buffard, Chambon-le-Château : une terre d'accueil, traite d’une actualité brûlante, cela n’était pas vraiment le but au départ. Quand Mélissa Theuriau, ici productrice, a proposé l’an dernier à la journaliste de tourner ce sujet pour TF1, le sort des demandeurs d’asile n’occupait pas vraiment la une. C’était avant qu’une succession de naufrages tragiques en Méditerranée ne provoque une prise de conscience dans l’opinion, et ne mette en évidence l’incapacité des pays européens à faire face au problème. Ce reportage montre une solution possible, même si forcément partielle et imparfaite : l’accueil temporaire de demandeurs d’asile dans des petites communes françaises. En l’occurrence, Chambon-le-Château, en Lozère – environ 300 habitants (plutôt 200 l’hiver), dont une cinquantaine d’étrangers : Syriens, Tchétchènes, Nigérians, Bangladais, Albanais… Sans sous-estimer les difficultés inhérentes à cette expérience menée depuis une dizaine d’années, Ghislaine Buffard prouve en images que le « vivre-ensemble » peut être une réalité, et que l’arrivée de nouvelles familles peut contribuer à redynamiser un village confronté à la désertification rurale.

Pourquoi vous êtes-vous intéressée à ce village ?


C’est Mélissa Theuriau qui m’en a parlé, et j’y ai vu un contraste intéressant avec mon précédent documentaire réalisé en 2013, Ils ont voté Front national. J’avais notamment tourné dans un petit village de la Somme, Le Hamel, où Marine Le Pen a réalisé l’un de ses meilleurs scores à la présidentielle de 2012. Un endroit tranquille, où il n’y a quasiment pas d’étrangers. Je voulais donc voir, sans idées préconçues, comment ça se passait dans une commune de la même taille, qui en accueille en permanence une cinquantaine. En filmant sur une durée de neuf mois, de juillet 2014 à mars 2015, j’ai découvert en profondeur l’univers des Cada, les centres administratifs pour demandeurs d’asile, et les différents parcours de ces familles. Une expérience très forte. C’est un film qui me tient particulièrement à cœur.

L’accueil de ces demandeurs d’asile est évidemment très différent à la campagne et en ville.

C’est le jour et la nuit. Ils sont beaucoup mieux là-bas qu’à Paris, où certains dorment dans des parcs. Une structure les prend en charge, ils sont logés dans des maisons du village, il y a de l’espace, les enfants sont scolarisés avec une institutrice géniale, Peggy Campel. Bien sûr, il peut y avoir des réactions de rejet, comme je le montre dans une séquence, mais cela vient surtout de l’ignorance, des fantasmes. Depuis quelques mois on parle beaucoup des demandeurs d’asile, mais à l’époque où j’ai tourné, beaucoup de gens ne faisaient pas vraiment la différence entre ce statut, qui ne permet pas d’avoir un emploi, et l’immigration. Ils avaient du mal à comprendre qu’on accorde une allocation, même modeste, à des étrangers, alors qu’eux-mêmes travaillent dur pour des revenus peu élevés. En fait, c’est souvent par les enfants, qui sont à l’école ensemble, que se créent les liens. La plupart apprennent notre langue avec une rapidité stupéfiante, sont de véritables « éponges », comme cette jeune Kosovare arrivée à 12 ans et qui était devenue la meilleure de sa classe. Des Chambonnais qui ne voyaient pas d’un bon œil l’installation de ces personnes extérieures au village les ont acceptées et appréciées à force de les côtoyer, et les ont même parfois soutenues quand leur demande d’asile était rejetée.

De ce point de vue, les trois familles que vous suivez connaissent des destins différents.

Ce n’était pas prévu au départ, bien sûr, mais il se trouve que tous les cas de figure sont représentés. Pour l’une, la demande d’asile est acceptée. Pour une autre, elle est refusée. Pour la dernière, elle est d’abord refusée, puis la préfecture accorde un titre de séjour provisoire pour raisons médicales, car la femme de ce couple albanais est malade et doit pouvoir être soignée en France. Mais dans tous les cas, l’attente de la décision est une période difficile et stressante, d’autant que les personnes se retrouvent désœuvrées. Je ne le montre pas vraiment dans le reportage, mais il y a de nombreux cas de dépression. On estime que le traitement d’un dossier prend dix-huit mois en moyenne, et c’est parfois nettement plus long, jusqu’à quatre, cinq ans. Il faudrait que cette durée soit ramenée à six mois maximum, afin que les réfugiés soient fixés rapidement ; quand ils se sont intégrés à une communauté et qu’ils doivent partir soudainement, c’est toujours un déracinement. Une loi vient d’être promulguée, censée réduire ces délais, mais pour qu’ils soient tenus, il faudrait dégager des moyens permettant d’embaucher plus de monde à l’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides) et à la CNDA (Cour nationale du droit d’asile), auprès de laquelle on peut faire appel. Par ailleurs, si les demandeurs d’asile sont pris en charge sur des durées beaucoup plus courtes, c’est autant de dépenses en moins : allocation de subsistance, salaires à verser… Le système actuel coûte cher, en plus de créer des drames humains.

Aimeriez-vous réaliser une suite dans quelques années pour voir ce que sont devenues les personnes que vous avez filmées ?

Oui, bien sûr. Des liens très forts se sont tissés autant avec les réfugiés qu’avec les gens du village, et nous allons rester en contact. C’est un sujet qui mérite d’être traité sur le long terme, pas uniquement en fonction de l’actualité.


"Le mouton n'a pas mangé la rose et le Petit Prince n'est pas mort"

avatar

Arun
Tour de contrôle


http://www.suzannephilippe.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la Lozère offre l'asile

Message  Sapho le Dim 30 Aoû 2015 - 16:00

Zut, je viens juste de louper l'émission mais ils doivent sûrement en perler sur google.

Je vais faire des recherches ! bounce bounce bounce
avatar

Sapho
Le sage ArtiLittere


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum