Luis SEPULVEDA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Luis SEPULVEDA

Message  Sapho le Ven 15 Jan 2016 - 15:59


BIOGRAPHIE


Luis Sepúlveda est un écrivain chilien né en 1949.
Son premier roman, Le Vieux qui lisait des romans d'amour, traduit en trente-cinq langues et adapté au grand écran en 2001, lui a apporté une renommée internationale. Son œuvre, fortement marquée par l'engagement politique et écologique ainsi que par la répression des dictatures des années 70, mêle le goût du voyage et son intérêt pour les peuples premiers.
Dés 1961, il milite dans les jeunesses communistes. En 1975, il finit par être emprisonné et condamné à 28 ans de prison. Il n'en fera que deux et demi dans une prison pour opposants politiques, grâce à l'intervention d'Amnesty International. Sa peine est commuée en 8 ans d'exil. Il en profite pour voyager en Amérique du sud (Equateur, Pérou, Colombie, Nicaragua). En équateur, il fonde une troupe de théâtre, puis vivra un an avec les indiens Shuars (1978).
Lors de son séjour au Nicaragua il prend parti pour la brigade Simon Bolivar et s'engage dans la lutte aux côté des sandinistes. Il revient cependant du Nicaragua déçu « qu'une belle révolution ait fini en enfer à cause des infirmités de toujours : le dogmatisme, l'uniformisation et le manque de générosité créative ».
A la fin de la révolution, il devient reporter.
Il part ensuite pour Europe comme journaliste et s'installe en 1982 à Hambourg où il passe quatorze ans. Les raisons pour lesquelles il se fixe en Allemagne sont diverses. Parmi elles un goût prononcé pour les romantiques allemands, l'envie de lire Marx et Engels dans le texte, un long séjour en prison qui lui a laissé des loisirs pour apprendre les langues étrangères, et aussi le fait que c'est la section allemande d'Amnesty International qui a réussi à le faire sortir des geôles de Pinochet. A cette même période il devient très actif au sein de l'orgnisation Greenpeace où il restera jusqu'en 1987.
En 1996, il s'installe dans les Asturies, au nord de l'Espagne, à Gijón à cause de la « tradition de lutte politique instaurée par les mineurs, du sens de la fraternité qui y règne ». Il fonde et il anime le Salon du livre ibéro-américain de Gijón destiné à promouvoir la rencontre entre les auteurs, les éditeurs et les libraires latino-américains et leurs homologues européens. Il milite pour la Fédération Internationale des Droits de l'Homme.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


LIVRE LU : JOURNAL D'UN TUEUR SENTIMENTAL


RESUME


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Un professionnel ne mélange jamais le travail et les sentiments.
Il exécute des contrats pour un chèque à six zéros, net d'impôts sans s'interroger sur les raisons de son commanditaire. Mais comment peut réagir un tueur qu'une belle Française laisse tomber?
Six journées d'une course mouvementée d'aéroport en aéroport, de la Turquie au Mexique, à la poursuite d'une cible étrange et fuyante, ou bien poursuivi par un amour tout aussi insaisissable.

Un texte parodique et drôle à l'usage de ceux qui n'ont jamais de doutes.

RESSENTIS


Luis Sepulveda nous narre la vie d'un tueur en série professionnel, plein aux as et un peu blasé de la vie. Le problème de ce tueur, c'est qu'il va tomber en quelque sorte amoureux d'une petite jeunette. Cette relation va alors le faire douter sur ses convictions, il commence à se poser des questions sur le bien-fondé de son métier et c'est le début de la décadence car un bon assassin ne doit pas se poser de questions, ni sur ses actions, ni sur ses cibles.

Je pense qu'il faut juste voir un court récit qui se lit très bien car le style est fluide. On est plongé dans l'histoire dès les premières pages, donc on profite du livre à 100%, il n'y a pas de temps mort, pas de temps d'adaptation pour se plonger dans l'histoire. C'est vraiment plaisant car aucune concentration n'est nécessaire, les pages défilent et on profite, tout ce qu'il y a à faire.

Donc, à l'occasion, si vous avez l'opportunité de l'acheter ou de l'emprunter à la bibliothèque. Allez-y, les yeux fermés, ce livre n'a nulle prétention et c'est pour ça qu'il réussit si bien son coup.


study study study
avatar

Sapho
Le sage ArtiLittere


Revenir en haut Aller en bas

Re: Luis SEPULVEDA

Message  Arun le Ven 15 Jan 2016 - 16:17

Merci Sapho, encore une découverte bien tentante ! je note ma belle study


"Le mouton n'a pas mangé la rose et le Petit Prince n'est pas mort"

avatar

Arun
Tour de contrôle


http://www.suzannephilippe.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Luis SEPULVEDA

Message  Sapho le Ven 22 Avr 2016 - 15:33

LIVRE LU : UN NOM DE TORERO

RESUME

Un nom de torero Juan Belmonte, ancien guérillero chilien, et Frank Galinsky, ex-membre de la Stasi, sont engagés par des parties adverses pour retrouver un mystérieux trésor disparu au Chili. Epris de liberté et de justice, ces deux hommes ont tout sacrifié à leurs idéaux politiques. Revenus de leurs illusions, ils entament leur ultime aventure : un duel sanglant au bout du monde.
Les 63 pièces d'or de la collection du Croissant de Lune Errant ont été volées par les nazis. Quarante ans après les pièces réapparaissent en Patagonie. Vient alors une véritable course poursuite entre la Lloyd Hanséatique (avec Juan Belmonte qui a un lourd passé de guérillero de toutes les révolutions perdues de l'Amérique latine) et les anciens agents de la Stasi.
La Lloyd a un atout majeur: Juan Belmonte. Il porte un nom de torero et un lourd passé de guérillero de toutes les révoltes perdues de l'Amérique latine. La Lloyd ne lui a pas laissé le choix: partir à la recherche des pièces d'or ou perdre Véronica, son unique raison de vivre, brisée par la torture.
Dans cette course au trésor vers la Paragonie. Belmonte retrouve son passé dans un Chili où le poids du silence, prix de la nouvelle démocratie, n'a enterré ni les anciennes solidarités ni la profonde humanité des habitants du bout du monde.
Luis Sepulveda nous montre encore une fois qu'il est un extraordinaire raconteur d'histoires.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


RESSENTIS


Luis Sepúlveda signe un roman déstabilisant. En effet, Un nom de torero se présente hypocritement comme un simple roman noir dans la plus pure tradition : un héros désabusé au passé violent, une enquête non officielle faite de morts, de claques sur la gueule et des jurons........
Où est dès lors, la richesse annoncée plus haut ? La richesse se trouve dans le contexte historique du récit et des références politiques. Écrit au début des années 1990, Un nom de torero illustre tous des moments noirs de décennies précédentes : le Chili et Pinochet, l’URSS et Staline, les déceptions suivant la réunification allemande.
Contrairement aux romans noirs classiques, l’écrivain ne cherche pas simplement à nous divertir. Étonnement, derrière toutes ces baffes se trouve une importante dimension politique. C’est ainsi que le personnage le plus marquant est aussi celui qui ne parlera jamais : Véronica. Victime des horribles exactions sous le gouvernement totalitaire de Pinochet, cette dernière ne sortira jamais de son mutisme. D’une certaine façon, son silence en dit bien plus que tout autre chose.
Vous qui êtes amatrices de romans noirs, vous serez prévenues : ce roman est « noir » tant par les actions de ses personnages que par la part historique qui le compose.


study study study
avatar

Sapho
Le sage ArtiLittere


Revenir en haut Aller en bas

Re: Luis SEPULVEDA

Message  Arun le Sam 23 Avr 2016 - 18:58

Merci pour ce nouveau partage Sapho. Je note, il à l'air digne d'intérêt ! j'imagine que cela pourrait bien plaire à Berga ... study study study


"Le mouton n'a pas mangé la rose et le Petit Prince n'est pas mort"

avatar

Arun
Tour de contrôle


http://www.suzannephilippe.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum