Irène Némirovsky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Irène Némirovsky

Message  Arun le Jeu 2 Avr 2015 - 11:17


"Mon cher aimé, mes petites adorées, je crois que nous partons aujourd'hui...."

Dans sa dernière lettre d'un matin de juillet 42, Irène Nimérovsky adresse un adieux à ses proches sans connaître l'issue tragique de sa déportation. Pourtant tout avait bien commencé dans sa vie.
Née en 1903 à Kiev dans une famille richissime de Russie. Elle bénéficie des meilleurs précepteurs , ce qui lui permet de compenser l'absence de ses parents et l'aversion que sa mère noue à son égard. En 1917 la Révolution les chasse de Russie et ils débarquent en 1919 en France . La famille retrouve rapidement son rang et son train de vie luxueux. Irène Némirovsky mène une vie et une jeunesse insouciante. Parallèlement elle publie des contes dans des revues et publie son premier Roman " le malentendu" en 1923 ( elle a 18 ans). En 1929 elle connaît un succès retentissant avec la parution de "David Golder".Les titres s’enchaînent avec succès et la critique reconnaît un écrivain précoce à la pose pure.
Irène Nimérovsky n'obtiendra jamais la nationalité Française . Elle disparaît le 17 août 1942 à Aushwitz.


"Le mouton n'a pas mangé la rose et le Petit Prince n'est pas mort"

avatar

Arun
Tour de contrôle


http://www.suzannephilippe.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Irène Némirovsky

Message  bergamote le Jeu 2 Avr 2015 - 11:30

Merci Arun, je ne connais pas du tout cette auteure.
je viens de lire un peu sa vie sur Wiké ce qui est drôle si l'on peut dire est qu'elle a écrit dans des revues d’extrême-droite, et qu'elle est morte dans les camps... la vie des réfugiés de tout pays n'est jamais simple...
avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Irène Némirovsky

Message  Jocelyne le Jeu 2 Avr 2015 - 17:05

Chaleur du sang
Irène Némirovsky
Folio


Irène Némirovsky a été assassinée à Auschwitz en 1942. Elle avait eu le temps avant sa déportation de mettre à l’abri de nombreux manuscrit. Chaleur du sang est l’un d’eux. Silvio, le narrateur, revenu finir sa vie dans son village natal après avoir bourlingué y observe avec finesse les relations humaines. Un soir, ses cousins François et Hélène Érard viennent lui présenter leur futur gendre, Jean Dorin, un minotier qui va épouser leur fille Colette… Les secrets de famille font peu à peu surface… Soixante-dix ans après avoir été magnifiquement écrit, ce texte ne perd rien de sa force ni l’histoire de sa justesse.
avatar

Jocelyne
Le sage et l'artiste


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum