Svetlana Alexievitch ( Bielorusse)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Svetlana Alexievitch ( Bielorusse)

Message  Sapho le Lun 4 Avr 2016 - 19:20


Nationalité : Biélorussie
Né(e) à : Ivano-Frankivsk, Ukraine , le 31/05/1948

Biographie :

Svetlana Alexandrovna Alexievitch (en russe : Светлана Александровна Алексиевич), est écrivain et journaliste biélorusse, dissidente soutenue par le PEN club et la fondation Soros.

Née d'un père biélorusse et d'une mère ukrainienne, Svetlana Alexievitch a fait des études de journalisme à Minsk. Journaliste de formation, elle débute dans la littérature à la faveur de la perestroïka, en 1985.

Elle a reçu de nombreux prix prestigieux pour son roman "La Supplication - Tchernobyl, chronique du monde après l'apocalypse" (1997).

Elle est aussi l'auteur de "Cercueils de Zinc" (1990), qui recueille des témoignages de soviétiques ayant participé à la guerre Russo-afghane, et de "La guerre n'a pas un visage de femme" (1985), ce dernier ouvrage retraçant par des interviews le récit de femmes soldats de l'Armée rouge durant la Seconde Guerre mondiale.

Lauréate du prestigieux Prix Remarque, en Allemagne, et du Prix Témoin du Monde de Radio France Internationale. Son livre "La Fin de l’homme rouge ou le temps du désenchantement" remporte le prix Médicis essai en 2013.

Le prix Nobel de littérature 2015 lui a été attribué pour « son œuvre polyphonique, mémorial de la souffrance et du courage à notre époque ».




LIVRE LU: LA SUPPLICATION


RESUME


" Des bribes de conversations me reviennent en mémoire... Quelqu'un m'exhorte : - Vous ne devez pas oublier que ce n'est plus votre mari, l'homme aimé qui se trouve devant vous, mais un objet radioactif avec un fort coefficient de contamination. Vous n'êtes pas suicidaire. Prenez-vous en main ! " Tchernobyl. Ce mot évoque dorénavant une catastrophe écologique majeure. Mais que savons-nous du drame humain, quotidien, qui a suivi l'explosion de la centrale ? Svetlana Alexievitch nous fait entrevoir un monde bouleversant celui des survivants, à qui elle cède la parole. Des témoignages qui nous font découvrir un univers terrifiant. L'événement prend alors une tout autre dimension. Pour la première fois, écoutons les voix suppliciées de Tchernobyl.




IMPRESSIONS


Écrire un tel livre est tout d'abord une courageuse tentative de comprendre la catastrophe elle-même mais aussi ses conséquences, à ce propos un chœur populaire s'interroge : “Nous comparons sans cesse la catastrophe à la guerre. En fait... On peut comprendre la guerre... Mais cela? ” Svetlana Alexievitch n'a pas écrit un roman, une fiction et ce à cause du sujet même du livre qui est et qui reste un sujet hors-norme, parce qu'il n'a pas été encore assimilé dans la conscience des hommes et que les biélorusses commencent à peine à vivre avec. La fiction ici ne peut accomplir son rôle de représentation de la réalité, parce que cette dernière a été rasée, elle en est a un stade apocalyptique où les mots connus par les hommes ne suffisent plus. Tchernobyl nous confronte donc à cette indicible réalité brute et vierge de toute expérience antérieure. Tout au long des monologues et des dialogues des exclamations surgissent de manière récurrente: “ On ne peut pas raconter cela ! On ne peut pas l'écrire !” Non, l'homme en cette fin de siècle ne peut pas encore raconter cette catastrophe et la longue traînée noire qu'elle laisse derrière elle, il ne peut — à l'image de Svetlana Alexievitch— que rapporter des témoignages, des paroles vives et douloureuses des victimes de Tchernobyl.


study study study
avatar

Sapho
Le sage ArtiLittere


Revenir en haut Aller en bas

Re: Svetlana Alexievitch ( Bielorusse)

Message  Arun le Lun 4 Avr 2016 - 19:26

Je n'ai jamais pris le temps de lire ce livre, il serait sans doute temps que je m'y mette ? Ton impression rejoint également ma pensée ...

"Non, l'homme en cette fin de siècle ne peut pas encore raconter cette catastrophe et la longue traînée noire qu'elle laisse derrière elle, il ne peut — à l'image de Svetlana Alexievitch— que rapporter des témoignages, des paroles vives et douloureuses des victimes de Tchernobyl."

Merci pour ce nouveau partage Sapho. Ce coup-ci je note bien, avec un peu de chance je pourrais sans doute le trouver à la médiathèque demain !


"Le mouton n'a pas mangé la rose et le Petit Prince n'est pas mort"

avatar

Arun
Tour de contrôle


http://www.suzannephilippe.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum