Haruki Murakami

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Haruki Murakami

Message  Sapho le Lun 21 Mar 2016 - 16:19

Merci pour tes ressentis chère Arun !

J'avais également beaucoup apprécié ce livre et tes conclusions correspondent aux miennes.

J'ai hâte de lire son dernier livre ! study study study
avatar

Sapho
Le sage ArtiLittere


Revenir en haut Aller en bas

Re: Haruki Murakami

Message  Arun le Sam 8 Oct 2016 - 17:01

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Résumé :
Dans un bar, Mari est plongée dans un livre. Elle boit du thé, fume cigarette sur cigarette. Surgit alors un musicien qui la reconnaît. Au même moment, dans une chambre, Eri, la sœur de Mari, dort à poings fermés, sans savoir que quelqu'un l'observe. Autour des deux sœurs vont défiler des personnages insolites : une prostituée blessée, une gérante d'hôtel vengeresse, un informaticien désabusé, une femme de chambre en fuite. Des événements bizarres vont survenir : une télévision qui se met brusquement en marche, un miroir qui garde les reflets... A mesure que l'intrigue progresse, le mystère se fait plus dense, suggérant l'existence d'un ordre des choses puissant et caché. Le temps d'une nuit, Haruki Murakami nous entraîne dans un Tokyo sombre, hypnotique, aux prémices d'un drame.

"Le Passage de la nuit est un beau roman sur le regard en biais, sur le coup d'oeil, sur les yeux qui s'attardent. [...] Et Murakami sait comment rendre la nuit : avec la justesse des profondeurs égarées à la surface des choses." Nils C. Ahl, Le Monde

Mon ressenti :

J'ai découvert ce Murakami lors de ma visite à la FNAC la semaine dernière. Je pensais avoir presque tout lu de Murakami lorsque j'aperçus ce dernier? qui n'est en fait pas le dernier loin de là !

On pourrait le comparer à un Big Brother, je veux dire par laà que le lecteur tel un voyeur participe activement à la découverte de tout, absolument tout au travers d'une caméra imaginaire ! entre le virtuel, le rêve, la réalité tout s'entremêle et j'apprécie cette ambiance ! l'on retrouve également les thèmes chers a Hurakami comme la musique de jazz, les repas, les décors, la ville la nuit et tout les détails pittoresques qui l'environnent ! sa manière de décortiquer tout, je suis chaque fois plongée dans ces univers. Je le recommande chaudement pour qui aime évidemment l'écriture particulière de Murakami !

Petit extrait (parmi les nombreux que j'ai apprécié)

"J’ai lu une histoire à propos de trois frères qui s’étaient échoués sur une île, du côté de Hawaii. C’est une légende. Vieille. Je ne me souviens pas des détails parce que je l’ai lue quand j’étais petit, mais ça donne à peu près ça : trois frères partent pêcher ; ils essuient une tempête, dérivent longtemps puis échouent sur la plage d’une île déserte. Très belle, l’île, avec palmiers, et tout ; plein de fruits, et, au milieu, une très haute montagne ; le soir même, Dieu leur apparaît en rêve et leur dit : "Sur la plage, un peu plus loin, vous trouverez trois gros rochers, tout ronds. Vous les ferez rouler jusqu’où il vous plaira. Le lieu où vous vous arrêterez, ce sera là où vous devrez vivre. Plus vous monterez haut, plus votre vision du monde sera large. Vous êtes libres d’aller jusqu’où vous voulez." »
[…]
« Comme Dieu le leur avait dit, les trois frères trouvent les rochers et commencent à les déplacer. Ils sont gros et lourds. Donc très difficile à faire bouger. D’autant plus qu’il leur faut monter la côte avec. Le plus jeune abandonne le premier. "Je suis bien ici, déclare-t-il à ses frères. Je ne suis pas loin de la plage, je peux pêcher. C’est suffisant pour vivre. Ça n’est pas grave si je ne vois pas grand-chose du monde." Les deux autres continuent. A mi-pente, le deuxième s’arrête. "Bon, dit-il à l’ainé, moi, je suis bien ici. Il y a des fruits en abondance. C’est suffisant pour vivre. Ça n’est pas grave si je ne vois pas grand-chose du monde." L’ainé poursuit l’ascension. Le chemin devient de plus en plus étroit, escarpé. Mais il n’abandonne pas. Il est persévérant et il veut voir la plus grande part du monde possible. Il continue donc de pousser son rocher, de toutes ses forces, et parvient au sommet, après plusieurs mois, presque sans avoir mangé ni bu. Là, arrivé à ce point extrême, plus haut que tout homme n’a pu le faire, il s’arrête et observe le monde. Voilà où il allait vivre. Pas d’herbe. Pas d’oiseaux. De l’eau, oui, mais uniquement sous forme de glace ou de givre. Guère que de la mousse à ronger. Mais il ne le regrette pas. Car il a pu voir le monde dans son entier. Et c’est ainsi qu’encore aujourd’hui, au sommet de cette île, quelque part du côté de Hawaii, il y a un gros rocher rond. Fin de l’histoire. »

study study study



"Le mouton n'a pas mangé la rose et le Petit Prince n'est pas mort"

avatar

Arun
Tour de contrôle


http://www.suzannephilippe.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Haruki Murakami

Message  bergamote le Sam 8 Oct 2016 - 17:13

merci Arun

j'ai lu "Kafka sur le rivage" et je n'avais pas aimé en fait je suis allergique aux écrivains japonais. C'est hermétique pour moi. cela dit je ne conteste pas le talent de celui-ci du tout au contraire
avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Haruki Murakami

Message  Sapho le Sam 8 Oct 2016 - 18:57

Merci Arun pour tes ressentis !merci messages panca merci messages panca

Bien entendu c'est un livre que je vais certainement me procurer; comment m'a t-il échappé? J'ai quasi tout lu de lui sauf le dernier paru ( pas encore en livre de poche )

Murakami pour moi, ce n'est rien que du bonheur !
avatar

Sapho
Le sage ArtiLittere


Revenir en haut Aller en bas

Re: Haruki Murakami

Message  Sapho le Jeu 3 Aoû 2017 - 15:08


LIVRE LU : ECOUTE LE CHANT DU VENT et FLIPPER


RESUME

J’écrivais toujours sur la table de la cuisine, tard dans la
nuit, jusqu’au petit matin. C’est la raison pour laquelle je nomme ces deux romans « écrits sur la table de la cuisine ». Avec beaucoup d’amour et une certaine gêne…
Pour rien au monde je ne voudrais les changer. Un peu comme de très vieux amis. Peut-être que je ne les rencontrerai plus, que je ne leur parlerai plus, mais il est certain que jamais je ne les oublierai. Ils sont précieux pour moi, irremplaçables. Ils m’encouragent, me réchauffent le cœur.

Après trente-sept ans, Haruki Murakami autorise enfin la publication de ses deux premiers romans, Écoute le chant du vent, lauréat du prestigieux prix Gunzo 1979, suivi de Flipper, 1973, tous deux jusqu’ici inédits en France. Enfin traduits et réunis en un seul volume, précédés d’une préface de Murakami qui en explique la genèse, ils composent les deux premiers tomes de la « trilogie du Rat », que clôt La Course au mouton sauvage.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



RESSENTIS


Il est plutôt rare d’avoir la chance de lire le tout premier roman d’un auteur connu. Souvent, leurs publications sont tellement nombreuses que de retracer leur première parution nécessite un effort considérable de notre part.

Or, ces premiers romans offrent aux lecteurs une idée beaucoup plus réaliste de ce que l'écriture implique vraiment. Très rares sont les romanciers dont les premiers écrits deviennent des chefs-d’œuvre. Il faut du temps, de l’expérience et beaucoup de persévérance pour en arriver à un résultat satisfaisant.

En autorisant la publication de ses premières œuvres « écrites sur la table de la cuisine », Écoute le chant du vent ainsi que Flipper, 1973, Haruki Murakami dévoile ce à quoi ressemblait réellement son premier contact avec la littérature. Non ce n'était pas parfait. Oui, c'était dur parfois.



Écoute le chant du vent raconte l’histoire d’un jeune lycéen japonais au milieu des années 1970. Pour lui, la période estivale rime avec le J’s bar, de la bière et le Rat, un de ses meilleurs amis.Le Rat, est un gosse de riche qui méprise les riches. Il lit beaucoup et tente d’écrire, en vain. Entre les beuveries, les histoires d’amour toujours plus compliquées et le départ imminent du jeune étudiant pour le retour à l’école, les hommes discutent sans finalement rien partager.

Cet ouvrage donne l’impression d’être un journal intime sans toutefois n’en être un. Parsemé de messages radiophoniques, d’extraits de roman et même de résumés de textes, Écoute le chant du vent mélange les styles, les thèmes et les façons de concevoir le monde. J’ai tout de même reconnu à quelques reprises l’écriture de Murakami : fragmentée, claire, brève. L’ensemble est un tantinet éparse.

Ce fut une lecture simple et à la fois mouvementée. Les pages ne cessaient de se tourner sous mes yeux, j’avais envie d’en connaître la suite.

Un pur élan de fraîcheur . Comme quoi avec un minimum de talent et énormément d’efforts, on peut tout accomplir.


study study study
avatar

Sapho
Le sage ArtiLittere


Revenir en haut Aller en bas

Re: Haruki Murakami

Message  Arun le Jeu 3 Aoû 2017 - 16:01

J'ai tellement lu Murakami ! je me souviens très bien de cette histoire avec le rat ... toujours une narration hors du commun. Entre rêve et poésie, entre la vie et la mort ! il faudrait que j'en relise certains. je pense que j'aurai le temps cet hiver !

study study study


"Le mouton n'a pas mangé la rose et le Petit Prince n'est pas mort"

avatar

Arun
Tour de contrôle


http://www.suzannephilippe.com

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum