Louise ERDRICH ( USA )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Louise ERDRICH ( USA )

Message  Sapho le Sam 16 Avr 2016 - 18:51


BIOGRAPHIE


Louise Erdrich est née en 1954 dans le Minnesota d’un père germano-américain et d’une mère ojibwa (amérindienne). Elle a grandi dans le Dakota où ses parents travaillaient aux affaires indiennes. Auteur de poèmes et de romans pour la jeunesse et les adultes, elle a aussi écrit en collaboration avec son mari, Michael Dorris. Elle vit actuellement dans le Minnesota où elle possède une petite librairie indépendante. Ses romans mêlent fiction et ethnographie. « Mon dessein, dit-elle, c'est de raconter des histoires qui permettent de découvrir les mythes cachés dans les profondeurs du quotidien, si sombre soit-il. »




LIVRE LU : LE JEU DES OMBRES


RESUME


Quand Irène America découvre que son mari, Gil, lit son journal intime, elle en commence un autre qu’elle met en lieu sûr. C’est dans ce nouveau carnet qu’elle livre sa vérité sur son mariage et sur sa vie tandis qu’elle utilise l’ancien pour se venger de son mari et s’amuser à ses dépens. Gil est devenu un artiste célèbre en peignant le portrait d’Irène sous de nombreuses formes, et il réalise que la peur de la perdre le contraint à se dépasser. Irène termine sa thèse sur George Catlin, le peintre des Indiens, qui a sillonné l’Ouest américain au début du XIXe siècle. Tandis qu’ils tentent de maintenir les apparences pour leurs trois enfants, leur foyer devient un endroit de plus en plus violent et secret. Irène décide de mettre fin à son mariage et à une relation de dépendance étrange et ironique, plutôt que de céder à l’autodestruction. Alternant entre les deux journaux intimes d’Irène et un récit à la troisième personne, Louise Erdrich explore la nature complexe de l’amour, les lignes fluides de l’identité et le combat d’une famille pour sa survie.




RESSENTIS


Tout est ambivalent dans ce récit, y compris le faux journal qu’Irène écrit à l'intention de son mari quand elle découvre que celui-ci a lu le vrai. A nous de confronter les deux versions, y ajoutant le point de vue de Gil et celui du narrateur omniprésent. Manipulations de part et d'autre, mais aussi complicité qui renaît contre la psychothérapeute que le couple va consulter; tout peut basculer dans la violence ou l'amour et tout peut être utilisé comme une arme: la peinture ou les mots.

J'ai adoré chaque élément de ce roman de Louise Erdrich. L'attention portée aux détails qui pourraient paraître insignifiants mais sont tellement révélateurs. Ainsi l'attitude des chiens qui captent la tension de la famille et s'interposent pour mieux la gérer. Le fait que nous voyons sans cesse remise en question sa vision des principaux protagonistes, y compris dans la dernière partie, magistral retournement de situation. Mais aussi l'écriture, au plus près des sensations, des sentiments, une écriture qui fouille et appuie là où ça fait mal, cingle pour mieux s'adoucir. Un roman dans lequel on retrouve, mais sous un mode mineur l'un des principaux thèmes de Louise Erdrich: celui des Indiens d'Amérique, un retour aux sources qui permettra à certains personnages de trouver le chemin de la résilience. Une œuvre magistrale et dérangeante. Un vrai coup de cœur!


study study study
avatar

Sapho
Le sage ArtiLittere


Revenir en haut Aller en bas

Re: Louise ERDRICH ( USA )

Message  Sapho le Sam 16 Avr 2016 - 18:52


EXTRAIT

« Gil mettait au point les tableaux, les couleurs, l’émotion et, ce faisant, il était heureux. Il ne se sentait pas seul quand il travaillait. Même quand par ailleurs les choses n’allaient pas très fort, il arrivait à peindre. Peu importait, même, qu’Irene soit en colère. En fait, c’était mieux. Quand ils étaient heureux, quand Gil pouvait compter sur son adoration quotidienne, les tableaux semblaient virer à l’insipide. Il devait combattre le sentiment de satisfaction. Au fur et à mesure qu’elle s’éloignait de lui, les tableaux devenaient plus forts. Le violent désir qu’il avait d’elle leur donnait vie. Dans ses tableaux, il mettait son chagrin, la nature insaisissable d’Irene, l’avidité de son étreinte, le rejet d’Irene, l’amertume de son espoir, la rage maussade d’Irene. Il avait pris conscience que plus leurs rapports étaient tendus, plus son travail en bénéficiait. Il n’avait pas encore songé à se demander si ses soupçons à l’égard d’Irene étaient aussi une méthode visant à la repousser, afin de ressentir son absence, puis un douloureux appétit duquel tirer son art. »


study study study
avatar

Sapho
Le sage ArtiLittere


Revenir en haut Aller en bas

Re: Louise ERDRICH ( USA )

Message  Arun le Dim 17 Avr 2016 - 16:11

Merci Sapho ! encore un roman qui me plaira certainement, surtout au vu de ton ressenti ! je m'empresse de noter ... study study study


"Le mouton n'a pas mangé la rose et le Petit Prince n'est pas mort"

avatar

Arun
Tour de contrôle


http://www.suzannephilippe.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum