Benoîte Groult

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Benoîte Groult

Message  Arun le Mar 21 Juin 2016 - 18:05

Benoîte Groult, une grande voix féministe s'éteint !

Elle s'appelait Benoîte, car ses parents pensaient attendre un garçon. Filleule de Marie-Laurencin (dont elle dira "C'était Zazie, dans la vie, dans la peinture, avec les poètes... c'était une petite fille.") fille de Nicole Poiret, dessinatrice de mode, et de André Groult, styliste de meubles, Benoîte Groult grandit à Paris durant les années folles, dans un milieu intellectuel et aisé. Elle est élevée dans les canons de la société bourgeoise, mais dans ce paysage, sa mère détonne, comme elle le racontait  au micro de Laure Adler dans l'émission Hors Champs de France Culture en août 2010.

"Elle était toujours brillante, tapageuse, je n'avais qu'une peur dans la vie, c'est qu'elle vienne me chercher à la porte de l'institut Sainte-Clothilde, très catholique (...) Je me disais : toutes les filles vont la regarder, elle a des talons aiguilles, qui font un bruit terrible, elle a un manteau de singe, avec des poils partout, c'était pas du tout le genre des mères des élèves qui tricotaient des chaussettes pour leurs filles, qui étaient 'comme il faut' et qui ne travaillaient pas." Benoîte Groult à propos de sa mère ...

Son père lui conseille de passer le bac latin-grec, qui lui ouvrirait les portes de la vie parisienne. Elle l'obtient en 1938, durant la guerre... et commence sa carrière en tant qu'enseignante de latin au cours Bossuet.

"J'ai été professeur de latin à 25 ans et je n'avais pas le droit de vote. Même les femmes turques avaient le droit de vote ! Toute l'Europe, sauf la Grèce et le Lichtenstein je crois... Et je ne me suis pas dit : 'Mais il faut qu'on se batte !'. Le mot 'féminisme' on n'en parlait pas ; Simone de Beauvoir n'avait pas encore écrit Le Deuxième Sexe, elle l'écrira quatre ans après. Et puis elle ne croyait pas au féminisme, elle pensait que le socialisme allait apporter l'égalité, la justice..."

Sa mère, elle, ne lui trouve "pas de talent" et la pousse à se marier. "A 24 ans je n'étais pas mariée, c'était l'échec total." Elle même, plus tard, encouragera ses filles à ne pas épouser un homme avant de le connaître "à la maison, au lit...". Car sa première grande expérience maritale avec Georges de Caunes, rencontré après la Libération à la radio, où elle rédige des bulletins, est "catastrophique". Avec lui, elle a deux filles, avant de divorcer et de se remarier avec Paul Guimard, union de laquelle naît une autre fille.

"Je crois qu'il y avait beaucoup de femmes frigides et que ça rassurait les maris. Ils trouvaient du plaisir avec des gourgandines dans des maisons closes, avec des petites amies, mais leurs femmes ça les inquiétait : une femme honnête ça n'a pas de plaisir, chantait Jean Ferrat."

Benoîte Groult écrit pour divers journaux Elle, Parents, Marie Claire... Puis elle se lance sur la scène littéraire, où elle se fait remarquer à partir de 1972, date de publication de son premier "best seller", La Part des choses. En 1975, elle publie Ainsi soit-elle, ouvrage fondateur pour le féminisme du XXe siècle. Mot d'ordre : "Il faut enfin guérir d’être femme. Non pas d’être née femme mais d’avoir été élevée femme dans un univers d’hommes". A travers lui, elle est la première à dénoncer les mutilations génitales féminines. Benoîte Groult aura écrit une vingtaine de romans et d'essais. En 1978, elle fonde F Magazine avec Claude Servan-Schreiber, un journal féministe pour lequel elle est éditorialiste.

"En vieillissant, on devient invisible. On ne nous regarde plus dans la rue. Quand je prends le métro le soir pour rentrer, il y a des jeunes qui s’interpellent d’un quai à l’autre, et j’ai l’impression que je tomberais, ils me pousseraient sur la voie, qu’ils ne m’auraient même pas vue. Le regard s’échappe. La vieillesse n’intéresse personne."

Bibliographie

Une chambre à elle - Benoite Groult ou comment la liberté vint aux femmes

Le féminisme au masculin


"Le mouton n'a pas mangé la rose et le Petit Prince n'est pas mort"

avatar

Arun
Tour de contrôle


http://www.suzannephilippe.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoîte Groult

Message  Sapho le Mer 22 Juin 2016 - 15:44




J'ai beaucoup aimé ses romans quand j'étais jeune et plus particulièrement ceux écrits avec sa soeur FLORA : le journal à quatre mains, le féminin -pluriel, il était deux fois...........

Plus tard, j'ai été fort touchée par son roman : Les Vaisseaux du Coeur

Un grand hommage à cette merveilleuse féministe !
avatar

Sapho
Le sage ArtiLittere


Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoîte Groult

Message  bergamote le Ven 24 Juin 2016 - 11:28

j'ai adoré cette auteure si ce la ne vous ennuie pas je mes avis ici:


Ainsi soit-elle

Ce livre écrit en 1975 n’a pas pris une ride. Il s’agit d’ailleurs d’un témoignage sur les conditions féminines depuis des siècles.
Que les femmes qui ne savent pas ou ne se souviennent plus et les hommes qui n’ont jamais su fassent l’effort de lire ce chef-d’œuvre et je pèse mes mots !
Avec sobriété mais surtout avec une très grande recherche à travers les siècles sur ce qu’ont subi les femmes, B. Groult nous rappelle que ce n’est pas encore gagné en notre siècle. Les thèmes évoqués vont de l’avortement mortel en passant par les accouchements criminels, l’excision, l’infibulation, toujours pratiquées même à notre porte.
Elle insiste sur le mal qu’ont pu faire sur le sort des femmes toutes croyances religieuses confondues au nom de la pureté. Par exemple la menstruation qui rendait les femmes impures !
En tout cas, sans haine mais avec une précision extrême, B.Groult nous explique, nous dissèque, nous fait comprendre comment, aujourd’hui encore certaines femmes sont les victimes, simplement parce qu’elles sont nées femmes.

Quelques phrases d’hommes « connus » :

Une femme qui exerce son intelligence devient laide, folle et guenon (Proudhon)

La femme est une statue vivante de la stupidité. Le créateur en la faisant d’un reste de limon a oublié l’intelligence (Lammenais)

Le philosophe Alain disait un jour au professeur Mondor :
J’ai souvent envie de demander aux femmes par quoi elles remplacent l’intelligence

Vous devez avoir horreur de l’instruction chez les filles. Laisser une femme lire les livres que son esprit la porte à choisir, mais c’est lui apprendre à se passer de vous. (Balzac)

On devrait les bien nourrir et les bien vêtir, mais ne point les mêler à la société. Elles ne devraient lire que des livres de piété et de cuisine (Le poète Byron)

Baudelaire, quant a lui s’étonnait qu’on laisse entrer les femmes dans les églises !

Une olympiade femelle est impensable. Elle serait impraticable, inesthétique et incorrecte ! (Pierre de Coubertin interdisant l’entrée des stades au nom de notre pudeur !!)

Et puis :

… Quand tu regardes une femme avec des vêtements dessus, tu imagines toutes sortes de choses ; tu leur donnes une individualité, quoi, qu’elles n’ont pas naturellement. Il y a tout juste une fente entre les jambes. (…) il n’y a rien dedans, absolument rien. C’est dégoûtant
(Henry Miller)

Et B.Groult termine : ce n’est pas un cri de haine, à peine u n cri de colère.. Mais u n cri de vie…

avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoîte Groult

Message  bergamote le Ven 24 Juin 2016 - 11:30

La touche étoile



L’auteure nous embarque pendant tout le roman, drôle mais parfois émouvant et acide, dans le sillage d’Alice, vieille dame encore très alerte.
La vie y est observée, disséquée, et examinée à la loupe :
La touche étoile

« …Le problème, c’est que pour écrire valablement sur la vieillesse, il faut être entré en vieillesse. Mais dans ce cas, elle est aussi entrée en vous et vous rend peu à peu incapable de l’appréhender…."

La vieillesse, les rapports jeunes/vieux, la lutte d’Alice toute sa vie durant pour le droit des femmes.


« …Les jeunes péronnelles d’aujourd’hui sont persuadées que les droits dont elles jouisssent sont tombés du ciel.
- Vous n’avez eu le droit de vote qu’à 30 ans ? Pas Possible !
- Y avait pas la pilule « autrefois » ? comment vous faisiez ? demandent ces déculturées pour qui « autrefois » commence hier et touche au moyen âge…. »

A travers sa fille, elle nous laisse aussi entrevoir non pas l’adultère, mais un véritable amour qui aidera celle-ci à vivre son quotidien.
Alice devenue veuve et vieille dame, nous convaincra qu’il faut donner à l’être humain le droit de disposer de son corps, l’âge venant.

« … je n’ai aucune envie d’assister au vieillissement de mes enfants …. Il n’était pas prévu jusqu’ici qu’une mère voie le beau petit humain qu’elle a mis au monde, devenir un spécimen flageolant au regard terne et déformé…. La longévité détraque la chaîne des générations… »

Elle fait d’ailleurs le parallèle avec le droit de disposer de son corps pour avoir ou pas un enfant quand on le souhaite.

« … La France n’est plus le pays des libertés. Nos députés viennent d’inventer l’hypocrite « laisser-mourir » formule affreuse bien dans la lignée du « laissez-les vivre » les deux slogans ayant en commun le même mépris des intéressés…. »

Elle qui a toujours milité pour ces droits, lutte maintenant pour le droit de mourir dignement quand on le souhaite et non quand le corps nous lâche et qu’il est trop tard.

Très beau plaidoyer pour le droit des femmes et pour la dignité de tous.

Mais Benoîte Groult l’a toute sa vie revendiqué et c’est toujours investie dans ce combat.

A lire sans modération.
_________________
avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoîte Groult

Message  bergamote le Ven 24 Juin 2016 - 11:31

Les trois quarts du temps


Un roman écrit en 1983 mais qui a gardé toute  la fraîcheur. Il faut dire que BG  sait  nous attirer et  nous pousser  vers  l’optimisme et  l’art de vivre simple et bien.
Cette fois, elle nous entraîne dans la vie de Louise de sa petite enfance  à sa  maturité, sa vie en somme dans un siècle qui a évolué si vite. D’avant -garde aussi, car maintenant tout ce qu’elle nous raconte paraît simple, mais dans les  années quarante, pendant la guerre en plus, quand  elle  doit se  marier.. ce n’est  pas évident.
La tuberculose  tue et  un long passage de ce lire est tout simplement  les lettres  envoyés  par son mari du sanatorium. On vit avec  lui ses espoirs, ses craintes, sa  lassitude.

Des passages drôles, un langage simple et redoutable par les mots employés décrivant aussi bien la douleur, la tendresse, l’amour.

Toujours un thème cher à son cœur : la liberté de la femme dans sa vie conjugale et dans ses choix. BG est  une femme libre et cela se ressent dans tous ses  romans.
Elle démontre et peut donner  l’espoir aux pessimistes qui baissent les bras devant le temps : on peut aimer à tous  âges et profiter de toutes les joies de l’amour sans s’enfermer dans  l’attente de la mort.
Un hommage  à la vie, au bonheur simple que l’on doit toujours conquérir.

Très beau roman.
avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoîte Groult

Message  bergamote le Ven 24 Juin 2016 - 11:32

Les vaisseaux du cœur



Un homme, une femme, une histoire d’amour : banal pourrait-on penser… Mais  pas du tout
Une  étonnante  Benoîte, qui ne nous a pas  habitués  à ce genre de récit.

Erotique, provoquant, rendant hommage  à une  belle  et forte  passion avec des  mots  percutants mais  jamais  vulgaires.
Ils  ne sont  pas du même  milieu et sont aux antipodes  l’un de l’autre dans  leur vie courante, mais  se retrouvent  dans  l’amour, à chaque fois que  la vie  leur  permet. Des années  parfois entre  ces rencontres.
On peut dire que beaucoup  de lecteurs voudraient  connaître une telle passion qui dure des années sans  jamais  faiblir. La séparation ne viendra que  plus tard…
avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoîte Groult

Message  bergamote le Ven 24 Juin 2016 - 11:34

Mon évasion



Dans cette autobiographie, Benoîte Groult, sans sensiblerie, avec une plume légère et agréable, nous raconte sa vie d’enfant, puis d’ado et enfin de jeune femme privilégiée.

Elle reconnaît volontiers que les choses matérielles lui ont sans doute été plus faciles que pour les autres femmes des années 1950, exceptées les commodités qui se sont greffées ensuite et ont soi-disant simplifié la vie des femmes.

Cela ne l’empêche pas d’être confrontée à la misogynie existante de cette époque et ressentie peut-être encore plus cruellement dans son milieu de presse et d’écrivains, milieu que l’on nomme facilement intellectuel. Et pourtant elle ne sera pas reconnue par ses « pairs » écrivaines comme elle, entre autre par Beauvoir qui devait sans doute se sentir au-dessus de cette petite bonne femme écrivant dans des magasines féminins.
En plus de la misogynie, frisant la méchanceté de ce milieu, elle sera obligée de connaître clandestinement les avortements à la sauvette.

C’est quand elle eut la cinquantaine qu’elle décida de s’investir dans l’engagement contre l’oppression des femmes de tous les pays.

Ce roman est également en partie, fait d’un échange très intéressant entre elle et une journaliste Josyane, ce qui leur permet d’aborder sans tabou tous les sujets : grossesse, enfants, ménopause, vieillesse, petits bobos, deuil.. En un mot toute la vie.
On peut dire d’elle, que sans être une star dans le m milieu intellectuel de gauche, elle s’est servie toute sa vie de ses dons d’écriture pour dénoncer les horreurs commises sur les femmes et dénoncer aussi leur rôle subalterne dans la société.

Elle a aujourd’hui 88 ans, et en parlant de la mort elle a cette phrase :

Moi vivante, elle ne parviendra pas à m’atteindre.

C’est aussi l’humour qui en fait sa force.

25/10
avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoîte Groult

Message  bergamote le Ven 24 Juin 2016 - 11:38

et puis pour terminer le plaisir que j'ai eu à participer à une petite enquète sur cette grande dame de la littérature contemporaine
merci Benôite




avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoîte Groult

Message  Sapho le Ven 24 Juin 2016 - 15:08

Merci Marie pour cette vaste rétrospective de l'oeuvre de cette grande auteure!

Je n'ai pas lu énormément de livres qu'elle a écrit toute seule ( les vaisseaux du coeur que j'ai adoré; ainsi soit-il ; les trois quarts du temps ) mais surtout toutes les oeuvres conjointes avec sa soeur Flora.

C'est avant tout pour moi, une grande féministe !

Elle voulait ( ce fut la première) féminiser les noms des métiers approchées par les femmes. Ce fut et c'est encore un long combat !

Voici un extrait paru dans le journal officiel de la République Française :


Féminiser les noms de métier


Quel combat difficile. Benoîte Groult n'imaginait pas qu'elle rencontrerait tant de résistances lorsqu'elle a été nommée présidente de la Commission de terminologie pour la féminisation des noms de métier, de grade et de fonction, de 1984 à 1986. Pour preuve, on ne sait toujours pas aujourd'hui comment féminiser le mot "chef". Deux ans de travail ont débouché sur la publication dans le Journal officiel d'une circulaire invitant l'Etat à ouvrir son champ lexical aux femmes.

En réponse, l'Académie française publie une déclaration rappelant que "Les règles qui régissent dans notre langue la distribution des genres remontent au bas latin et constituent des contraintes internes avec lesquelles il faut composer." Et mieux encore: "Tous ces emplois du genre grammatical (...) risquent de mettre la confusion et le désordre dans un équilibre subtil né de l’usage, et qu’il paraîtrait mieux avisé de laisser à l’usage le soin de modifier."

La crainte de dévoyer la langue française, c'est l'argument massue des opposants à la féminisation du vocabulaire.
avatar

Sapho
Le sage ArtiLittere


Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoîte Groult

Message  Arun le Sam 25 Juin 2016 - 9:50

Merci les amies pour toutes ces infos intéressantes concernant cette grande dame !

"Mes petites-filles ne savent pas que je suis née avec zéro droit. Que j'ai vu tous mes droits arriver un par un, pendant toute ma vie."
Benoîte Groult


"Le mouton n'a pas mangé la rose et le Petit Prince n'est pas mort"

avatar

Arun
Tour de contrôle


http://www.suzannephilippe.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoîte Groult

Message  bergamote le Sam 25 Juin 2016 - 11:20

oui ! et elle a dû fulminé quand elle a vu ces mêmes droits tomber doucement !
avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoîte Groult

Message  Arun le Dim 26 Juin 2016 - 16:26

Voici la maison où elle a habité avec son dernier mari Paul Guimard,  sur le port de Doëlan en Clohars Carnoët dans le  Finistère. C'est aussi là que Robert Badinter prépara son discours  sur l'abolition de la peine de mort qu'il fit à l'assemblée Nationale.
C'est maintenant une écrivaine, Irène Frein qui l'habite ...



"Le mouton n'a pas mangé la rose et le Petit Prince n'est pas mort"

avatar

Arun
Tour de contrôle


http://www.suzannephilippe.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoîte Groult

Message  bergamote le Dim 26 Juin 2016 - 17:37

j'ai lu un roman de Irène Frain mais j'avoue ne plus me souvenir
mais je sais que c'est une grande écrivaine, elle aussi !
avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoîte Groult

Message  Sapho le Dim 26 Juin 2016 - 18:21

Irène Frain, grande écrivaine peut-être mais que je n'aime pas du tout !
avatar

Sapho
Le sage ArtiLittere


Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoîte Groult

Message  Arun le Mar 28 Juin 2016 - 16:45

Je ne connais pas Irène Frain Sapho. Que n'aimes-tu pas chez elle ? Je vais me documenter !


"Le mouton n'a pas mangé la rose et le Petit Prince n'est pas mort"

avatar

Arun
Tour de contrôle


http://www.suzannephilippe.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum