Mathias Enard (prix Goncourt 2015)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mathias Enard (prix Goncourt 2015)

Message  Sapho le Jeu 14 Juil 2016 - 15:57


BIOGRAPHIE




Nationalité : France
Né(e) à : Niort , le 11/01/1972

Mathias Enard après des études d’arabe et de persan et de longs séjours au Moyen-Orient s’installe en 2000 à Barcelone. Il y anime plusieurs revues culturelles.

Il participe aussi au comité de rédaction de la revue Inculte à Paris.
Il a publié "La Perfection du tir" (2003 – Prix des cinq continents de la francophonie 2004), "Remonter l’Orénoque" (2005) et "Bréviaire des artificiers" (2007).

En 2008, Acte Sud publie son roman "Zone" caractérisé par une seule phrase de 500 pages. "Le roman" reçoit la même année, le Prix Décembre et le Prix du livre Inter.

Mathias Enard a obtenu le 25e Prix du livre en Poitou-Charentes pour "Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants". Il reçoit le Goncourt des lycéens en 2010.

Marion Laine adapte au cinéma "Remonter l'Orenoque" en 2012 sous le titre "A cœur ouvert" avec J.Binoche et E. Ramirez.

En 2015, il publie "Boussole" qui obtient le Prix Goncourt 2015.


Le premier prix Liste Goncourt/Le Choix de l'Orient 2012 a été attribué à Mathias Enard pour son roman "Rue des voleurs" (Actes Sud).




LIVRE LU : REMONTER L'ORENOQUE


RESUME


Dans les corps qu'ils ouvrent, les patients qu'ils soignent, et jusque dans leur amitié, deux chirurgiens cherchent, comme à tâtons, une vérité qui justifierait leur propre existence. Youri opère sous les yeux de Joana, la jeune infirmière qu'Ignacio convoite ; au cœur d'un été caniculaire et d'un hôpital en pleine déliquescence, l'un se perd dans la passion comme l'autre dans l'alcool et la folie. Ils pousseront Joana à les fuir, à entreprendre un long voyage au Venezuela : remonter le grand fleuve Orénoque sera pour elle l'occasion de démêler, depuis le ventre tiède d'un cargo, l'écheveau de leurs vies. Au fil de ce voyage vers l'Amazonie, le deuxième roman de Mathias Enard nous emporte au centre d'un triangle amoureux dont les sommets seraient la naissance, le corps et le désir, tous trois si ténus qu'ils ne sont peut-être que des reflets sur les eaux boueuses d'une rivière mythique.



RESSENTIS


Dans son deuxième roman, publié en 2005 chez Actes Sud, Mathias Énard nous convie à une brutale immersion au cœur de la passion, celle qui dévore un être de l’intérieur et le fait devenir si radical et si destructeur qu’il ne reste à l’objet de cette passion que la fuite… ou la mort.
Deux chirurgiens, en pleine crise de la canicule de l’été 2003 en région parisienne, sont livrés à leurs démons intimes : Youri, force de la nature, sombre dans un complexe alcoolisme qui désespère, sans pourtant la faire fuir, l’infirmière Joana dont il partage largement la vie, tandis qu’Ignacio, meilleur ami, marié à Aude – la psychologue de l’hôpital dont les commentaires du drame qui se noue, rapportés, auront vite le rôle d’un véritable chœur antique -, convoite lui-même Joana, dont l’échappée, pour « remonter l’Orénoque » à bord d’un vieux cargo aux curieuses errances géographiques, semble pour elle la seule issue possible… jusqu’aux terribles révélations finales.
Un roman d’une force tragique hors du commun est servi par une langue ramifiée .




EXTRAIT



« Assis sur ma chaise, je pensais il a raison, ce que l’on attend à présent des corps c’est la putréfaction en silence, l’oubli, et de l’âme la survie sur les rôles et les registres, les certificats et les papiers, les marbres, les images. L’embaumement n’est plus de mise, les cadavres doivent disparaître, ils sont confiés à des professionnels chargés de les dissimuler, responsables de leur entrepôt, de leur manutention, de leur stockage, de leur destruction dans la terre ou les flammes – entiers et morcelés, jeunes accidentés ou vieux rongés de maladies, il convient de les cacher ; plus de dépouilles charriées par le vent, les yeux cavés, la barbe pelée ; de cercueils ouverts, de morts à ciel ouvert, le regard fermé dans leur plus beau veston, leur robe noire, il n’y en a plus ; à présent enveloppés de chêne ou de sapin, éloignés sitôt l’agonie du regard des vivants, ils sont portés, poussés en hâte vers les coulisses, vers le sous-sol où l’on ne les croisera pas, vidés et lavés, évacués du monde qui n’aime plus les voir, ennuyé de ne savoir qu’en penser, se rassurant de photographies, de témoignages digitaux ou celluloïd, autant de défunts immatériels que l’heure éloigne de la chair et pousse vers l’armée de spectres dont nous emplissons nos armoires. »


study study study
avatar

Sapho
Le sage ArtiLittere


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mathias Enard (prix Goncourt 2015)

Message  Arun le Jeu 14 Juil 2016 - 16:48

Je ressens une attirance particulière pour ce Mathias Enard et surtout ses écrits que tu nous présentes Sapho et que je découvre juste ce jour !

Je le retiens en haut de la pile de mes livres en souffrance ! un grand merci à toi pour ce nouveau partage !


"Le mouton n'a pas mangé la rose et le Petit Prince n'est pas mort"

avatar

Arun
Tour de contrôle


http://www.suzannephilippe.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mathias Enard (prix Goncourt 2015)

Message  bergamote le Jeu 14 Juil 2016 - 17:38

intéressant ton compte rendu en effet je le note moi aussi merci à toi Sapho kiss2
avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mathias Enard (prix Goncourt 2015)

Message  bergamote le Mar 26 Juil 2016 - 17:10

et bien moi j'ai commencé, influencée par le topo  de Sapho  par lire  

l'alcool et la nostalgie

4 ème de  couverture  

Réveillé en pleine nuit par un coup de téléphone de Jeanne,
qui lui apprend le décès deVladimir, Mathias part à Moscou
pour escorter le corps de son ami jusqu'à son village natal, au-
delà de Novossibirsk. Dans le Transsibérien, il s'adresse au
faux frère couché dans sa boîte, évoque le trio fiévreux que
tous deux ont formé avec Jeanne, et l'emprise des stupéfiants
autant que le dépit amoureux qu'il a cru fuir en retournant seul
à Paris. Au fil de quatre mille kilomètres de paysages ouatés,
pâles bouleaux et neige immaculée, les souvenirs se pressent,
bientôt relayés par les plus belles pages de Gogol, Tchekhov,
Dostoïevski ou Axionov qui lui avaient fait rêver la Russie. Si
l'amour ne peut plus rien quand l'alcool et la nostalgie se sont
emparés d'un homme, restent la révolution, la mort, ou la
littérature. C'est ce que Mathias Enard illustre magistralement
dans ce roman sensuel, ardent et profondément mélancolique.

mon avis

un petit roman de 87 pages, mais  87 pages de pur bonheur.
deux hommes une femme cela parait banal, mais pas du tout, c'est beaucoup plus profond et tendre que  le vulgaire trio de théâtre!
toutes les pages parlent d'amour  de tendresse, de beauté .  On voyage avec le héros on parcoure avec lui ces trois jours de train, lui soliloquant, et son ami dans le cercueil dans le même train. il nous  parle de la Russie la vieille Russie et la nouvelle, mais  en nous décrivant des  lieux, des chemins, des paysages. il nous raconte leurs folies, leurs rires.  Un véritable  hommage  à l'amitié, à l'amour le vrai celui qui ne meurt jamais ou qui peut faire mourir.....
à lire absolument? je viens de  le terminer  je n'ai pas pu le lâcher
avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mathias Enard (prix Goncourt 2015)

Message  Sapho le Mar 26 Juil 2016 - 18:39

Magnifique auteur que Enard !

Ce fut pour moi une incroyable découverte tant pour son style que pour l'expression toute particulière des ressentis de ses personnages.

Il va de soi que je lirai encore d'autres livres de cet auteur hors du commun !

Merci Marie pour ce très beau ressenti ! merci messages panca


Dernière édition par Sapho le Mar 26 Juil 2016 - 19:53, édité 1 fois
avatar

Sapho
Le sage ArtiLittere


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mathias Enard (prix Goncourt 2015)

Message  Arun le Mar 26 Juil 2016 - 19:40

Merci Marie pour ton nouveau résumé ! je devrais déjà avoir commencé le premier ! study study study


"Le mouton n'a pas mangé la rose et le Petit Prince n'est pas mort"

avatar

Arun
Tour de contrôle


http://www.suzannephilippe.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mathias Enard (prix Goncourt 2015)

Message  bergamote le Sam 6 Aoû 2016 - 17:21

je termine "Remonter l'Orénoque" et j'ai le même sentiment que Sapho !quel talent! quelle écriture et surtout quelle histoire tragique !
le seul ennui pour moi c'est que la fin m'est tombée dessus et je n'ai pas bien compris. Joana était-elle réellement partie? était-elle enceinte? j'avoue que la fin m' a fait douter de tout mais au contraire c'est l'art d'un bon écrivain de laisser l'imagination du lecteur avec ses questionnements !
avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mathias Enard (prix Goncourt 2015)

Message  Sapho le Sam 6 Aoû 2016 - 19:10

effectivement Marie, la fin du livre laisse la porte ouverte à plusieurs interprétations !

Celle qui me convient le mieux, c'est qu'elle a réellement entrepris ce voyage et qu'elle est enceinte,

pour mon chéri, il préfère voir cela comme une évasion inconsciente qui semble vouloir libérer son passé !

J'aime aussi beaucoup quand l'auteur permet au lecteur de choisir sa propre fin à un récit !
avatar

Sapho
Le sage ArtiLittere


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mathias Enard (prix Goncourt 2015)

Message  Sapho le Sam 26 Nov 2016 - 16:43


L'un des livres que j'ai le plus apprécié ces derniers temps : LA PERFECTION DU TIR





RESUME


Tout est dans la concentration. Tout est dans la patience, le calme, la maîtrise du souffle. Les bons jours, un seul tir réussi - mais alors un tir parfait suffit à lui donner la joie du travail accompli. Alors, le narrateur redescend de ce toit d'immeuble où il s'était embusqué pour tuer - dans cette ville sans nom, de longue date livrée à la guerre civile -, et il rentre chez lui, retrouver sa mère à demi folle. Puis survient Myrna, une jeune fille de quinze ans embauchée pour "garder" la mère malade. Myrna dont la naissante féminité devient pour lui un objet de fascination, un rêve d'amour - l'autre chemin vers la "perfection" ? Mathias Enard décrit avec une saisissante empathie la psyché de son héros, complexe et perturbée. Le réalisme et la paradoxale poésie de sa langue reflètent la cruauté d'un monde abandonné au mal, sans autre bonheur que l'excellence dans l'art d'imposer inexorablement la loi de la force.



RESSENTI




Mathias Enard nous fait suivre au travers des pages le délire éveillé de ce détraqué de la guerre. La violence est toujours présente. Le mal vous colle à la peau de page en page. Rien de positif. Aucune image de bonheur. Rien. Et pourtant le coté perturbé de notre narrateur a quelque chose d'esthétique. De là à l'appeler esthétique du chaos, il ne reste qu'un pas à franchir...
Une écriture très prenante, même doué d'une certaine poésie. On accroche rapidement à la vie du narrateur et à sa vision complexe de la vie.

Un livre certes pas très joyeux mais sur lequel on peut garder une certaine distance. Une oeuvre qui nous dépeint avec une certaine beauté obscure le mal qui sous-tend l'humanité. Une cruauté qui s'exprime malheureusement aux confins de notre monde actuel...

study study study

avatar

Sapho
Le sage ArtiLittere


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mathias Enard (prix Goncourt 2015)

Message  bergamote le Sam 26 Nov 2016 - 17:01

je note pour ma prochaine commande Sapho merci
avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mathias Enard (prix Goncourt 2015)

Message  bergamote le Mer 4 Jan 2017 - 13:07

je viens de le terminer et franchement on ne sort pas indemne de cette lecture.
l'auteur nous décrit des horreurs, des tueries et non même plus la guerre, le plaisir de viser, de tuer, et tout cela en nous faisant presqu'admirer ce jeune homme et le comprendre. C'est un comble! et ça c'est l'art de l'écriture de l'auteur qui peut nous emmener au fond de l'inacceptable tout en gardant un tout petit coin d'amour impossible.
très très bon roman, à ne pas mettre dans les mains des âmes sensibles, c'est vrai mais quand on a réussi à s'intégrer dans ses désirs, la vie de cet homme a quelque chose de magique.
avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mathias Enard (prix Goncourt 2015)

Message  Sapho le Mer 4 Jan 2017 - 15:35

Je suis tout à fait d'accord avec toi Marie !

Enard est vraiment un auteur de grand talent ! study study study
avatar

Sapho
Le sage ArtiLittere


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum