Daniel PENNAC ( France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Daniel PENNAC ( France)

Message  Sapho le Mar 26 Juil 2016 - 19:02

BIOGRAPHIE


Daniel Pennacchioni est le quatrième et dernier garçon d'une famille d'origine corse et provençale. Son père est un polytechnicien devenu officier de l'armée coloniale, ayant atteint le grade de général en fin de carrière et sa mère, femme au foyer, est une lectrice autodidacte. Il passe son enfance au gré des garnisons paternelles, en Afrique (Djibouti, Éthiopie, Algérie, Afrique équatoriale), en Asie du Sud-Est (Indochine) et en France (notamment à La Colle-sur-Loup). C'est son père féru de poésie qui lui donnera très vite le goût des livres qu'il dévore dans la bibliothèque familiale ou à l'école.

Sa scolarité est désastreuse. Dans Chagrin d'école, il prétend avoir mis un an à assimiler la logique et la complexité du caractère « A » ; son père, militaire, général, ne s'en serait toutefois pas inquiété, affirmant que son fils maîtriserait parfaitement l'alphabet au bout de vingt-six ans Cancre, il se dit victime d'une dysorthographie enfantine. Ces versions plus ou moins romancées de ses difficultés scolaires ne l'empêchent pas de décrocher son baccalauréat et devenir maître ès lettres à Nice
Adulte, il travaille comme chauffeur de taxi et illustrateur, avant de devenir en 1969 professeur de littérature de secondaire d'abord au collège Saint Paul à Soissons, puis à Nice enfin à Paris. Il coupe son patronyme (Pennacchioni) en Pennac par peur d'embarrasser son père en signant son premier écrit en 1973 Le service militaire au service de qui, un pamphlet sur le service militaire. En 1979, désespérant de la transformation de son quartier d'adoption de Belleville, il réalise un séjour de deux ans au Brésil avec sa première femme Irène Pennac qui y a décroché un contrat de professeur dans l'Université fédérale du Ceará, séjour qui sera la source de son roman Le Dictateur et le hamac. Il revient en France et commence à écrire pour les enfants tout en continuant son métier de professeur. Il finit par proposer Au Bonheur des Ogres en 1985 à la Série noire. C'est ainsi que Benjamin Malaussène et ses amis de Belleville font leur entrée dans la littérature. En 1995, il arrête son métier de professeur pour se consacrer entièrement à la littérature.

Daniel Pennac garde de son enfance une nostalgie du foyer et une tendresse pour la famille d'élection. Si ses écrits sont drôles et pleins d'une imagination débridée, Pennac peut aussi écrire Comme un roman, un essai de pédagogie active, lucide et enthousiaste, dans lequel il présente ce qu’il appelle « Les droits imprescriptibles du lecteur ». Que l'on songe à cette phrase qui pourrait guider tout enseignant : « On ne force pas une curiosité, on l'éveille. » L'album de bande dessinée La Débauche, qu'il a signé avec Jacques Tardi, révèle sa conscience sociale et civique, révoltée par le licenciement sauvage, par la situation d'un chômeur victime d'un chef d'entreprise corrompu. Depuis ses débuts, Pennac étudie et critique les institutions qui nient l'individu. On pourrait dire de lui comme de son personnage principal : « Vous avez un vice rare, Malaussène, vous compatissez. » (La Petite Marchande de prose).

Daniel Pennac défend le « plaisir de la lecture à voix haute ». Grand amateur de livres audio, il a lui-même enregistré plusieurs de ses livres pour les éditions Gallimard et pour l'association Lire dans le noir. Et sur scène, après avoir interprété Merci au théâtre du Rond-Point, il lit Bartleby le scribe à la Pépinière Théâtre. Bartleby en coulisses est le documentaire réalisé par Jérémie Carboni sur la préparation de cette lecture-spectacle. En octobre 2012, Daniel Pennac lit Journal d'un corps, aux théâtre des Bouffes du Nord ; sa pièce Le 6e Continent sera jouée dans la même salle de spectacle.




Je viens de terminer son truculent livre : AUX FRUITS DE LA PASSION: 7ème livre de sa saga Malaussène ( dont j'ai lu les 6 premiers volumes au fil des parutions )


Saga Malaussène

Au bonheur des ogres, Gallimard, 1985
La Fée Carabine, Gallimard, 1987
La Petite Marchande de prose, Gallimard, 1990
Monsieur Malaussène, Gallimard, 1995
Des chrétiens et des maures, Gallimard, 1996
Monsieur Malaussène au théâtre, Gallimard, 1996
Aux fruits de la passion, Gallimard, 1999

RESUME


Sensation dans la tribu Malaussène : Thérèse est amoureuse ! Thérèse la cassante ! Et de qui ? D'un conseiller référendaire à la Cour des comptes, un dénommé Marie-Colbert de Roberval, alias MC2. Dans le genre mésalliance, on ne peut pas faire mieux. Mais que peut-on contre la passion, même dans une tribu où l'on a déjà connu beaucoup d'amours spectaculaires et malheureuses ? Chacun, pourtant, y va de son avis. Benjamin, le chef du clan Malaussène, a un sombre pressentiment qui ne tardera pas à se vérifier. MC2, énarque distingué, prédisposé à veiller aux destinées de la nation est surtout intéressé par le talent de bouc émissaire de Benjamin et les dons de voyance de Thérèse, dons que malheureusement le mariage doit lui faire perdre. Le mariage aura bien lieu mais sera à peine consommé. S'ensuit une série de catastrophes, d'incendies, de morts violentes que Daniel Pennac enchaîne avec la verve et l'humour qui le caractérisent, ajoutant un épisode irrésistible à la saga de sa pittoresque tribu de Belleville.



RESSENTIS


Un fruit de la passion avalé un peu goulûment, un peu trop vite peut-être. Et donc une petite pointe de nostalgie, déjà. Elle va me manquer, la famille Malaussène ! C'est un dernier tome fidèle à l'esprit des autres, avec de l'humour, des situations farfelues et un mystère qui tient lieu d'enquête policière. Et pour la première fois, je dois avouer qu'il manque un peu de surprises. Daniel Pennac ne secoue pas assez son lecteur dans ce tome, et on commence à voir les ficelles de sa toile narrative. J'aurais aimé plus de rebondissements, plus de richesse dans l'intrigue, aussi, qui est peut-être un peu courte et traitée un peu vite. J'ai eu vaguement l'impression de lire du réchauffé, cette histoire a pour moi manqué un peu de fraîcheur et d'inattendu. Cela dit, plus c'est bon, plus on devient difficile, et c'est aussi la conséquence de l'excellence des tomes précédents ! Cela reste donc un très bon opus, sauf qu'il est sans doute un peu moins bon que les autres.  En tout cas, si vous ne connaissez pas encore cette tribu, jetez-vous sur cette série unique et drôle, elle vaut vraiment le détour, croyez-moi !


study  study  study
avatar

Sapho
Le sage ArtiLittere


Revenir en haut Aller en bas

Re: Daniel PENNAC ( France)

Message  Arun le Mar 26 Juil 2016 - 19:21

Merci Sapho pour ce partage. je connais peu Daniel Pennac, mais je pense que les romans concernant cette famille doivent être, en effet fort passionnant ! encore que je ne suis pas une adepte vraiment des sagas ! mais qui sait, un jour peut-être aurai-je un peu plus le temps de m'y plonger dedans et de faire connaissance avec cette tribu Malaussène qui te semble si attachante !



"Le mouton n'a pas mangé la rose et le Petit Prince n'est pas mort"

avatar

Arun
Tour de contrôle


http://www.suzannephilippe.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum