Jean Vasca

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jean Vasca

Message  Sapho le Mar 24 Jan 2017 - 15:36


C'est dans le Gard où il vivait depuis de nombreuses années que l'auteur, compositeur et interprète Jean Vasca est décédé à l'âge de 76 ans, mercredi. Né à Bressuire dans les Deux-Sèvres, c'est au début des années 1960 qu'il commence à chanter dans des cabarets ses propres textes ou ceux de chanteurs dont il est l'admirateur ou l'ami, tels que Jean Ferrat, Léo Ferré ou Georges Brassens. Poète, grand amoureux des mots, et homme engagé, il était venu chanter à de nombreuses reprises à Chauvigny, et notamment dernièrement lors du 1er Printemps des poètes en mars 2016.




Mon chant monte vers vos silences
Entre la flamme et le couteau
Du plus lointain de mon enfance
Je suis un cri hors du fourreau
Les mots sont des soleils futurs
Qui roulent d’écho en écho
De branche en branche vers l’azur
Je suis un arbre plein d’oiseaux…


avatar

Sapho
Le sage ArtiLittere


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Vasca

Message  Arun le Mar 24 Jan 2017 - 19:46

Merci chère Sapho ! J'avoue que je découvre juste ce chanteur qui m'aurait vraiment plu, tu t'en doutes !

Encore une disparition du monde de la chanson et de la poésie à déplorer !

Je vais me documenter un peu plus sur son répertoire...



"Le mouton n'a pas mangé la rose et le Petit Prince n'est pas mort"

avatar

Arun
Tour de contrôle


http://www.suzannephilippe.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Vasca

Message  Sapho le Mer 25 Jan 2017 - 11:37



Parler de Vasca, c’est se souvenir d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas savoir, d’une esthétique, d’une éthique de la chanson. Chanson d’un texte soigné, d’une infinie poésie, qui, même privé de la musique, existe encore : son intégrale publiée en livre en 2014 (La concordance des chants, autoédition) mériterait amplement de figurer dans La Pléiade.

Vingt-six albums pour plus d’un demi-siècle de chansons. La reconnaissance (Grand prix de l’Académie du Disque pour Célébrations, en 1978, Grand prix de l’Académie du Disque pour De doute et d’envol l’année suivante), puis le silence qui, inexorablement, conduit à l’oubli. Vasca est de cette chanson qui n’intéresse ni les financiers du disque ni désormais les médias, tous incultes.

C’est « une poésie faite chanson » écrivions-nous ici même en 2015, « sans jamais rien abdiquer aux faciles recettes de la chanson, à ses codes, sans racoler. De fait, comme ses copains de la Bande des cinq (Jean-Luc Juvin, Jean-Max Brua, Gilles Elbaz et Jacques Bertin), comme encore Philippe Geoffroy ou Philippe Forcioli, son auditoire fut plus restreint. Depuis un demi-siècle, Jean Vasca chante à qui lui prête l’oreille, creusant inlassablement son sillon, travaillant le verbe, matière brute qu’il cisèle d’une belle gouge, toujours revenant sur l’inquiétude et l’éblouissement d’être, ses thèmes de prédilection s’il en est. Comme un ermite, il s’est réfugié depuis longtemps dans le Gard, dans le canton d’un certain Barjac, temple d’une chanson de parole où la sienne est hélas absente depuis longtemps. »

Avant-dernier survivant de la Bande des cinq (fais gaffe, Jacques !), il nous ramenait à l’époque résolue mais révolue des cabarets, de Mouffetard, des MJC, de l’éducation populaire.




avatar

Sapho
Le sage ArtiLittere


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum