Pascal Manoukian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pascal Manoukian

Message  Sapho le Lun 14 Aoû 2017 - 15:16

BIOGRAPHIE

Directeur général de l’agence de presse CAPA jusqu’il y a peu, journaliste, grand reporter, il est récompensé pour son premier roman intitulé « Les échoués » paru aux éditions Don Quichotte.


LIVRE LU : LES ECHOUES


La tragédie humanitaire qu’on vit ne date pas d’aujourd’hui, explique Pascal Manoukian. Car en effet, sa fiction se déroule en 1991. C’est donc l’histoire de pionniers, des ouvreurs de route, comme il les nomme en regard avec la crise humanitaire actuelle. Quatre personnages qui représentent chacun une raison d’immigrer en Europe occidentale : Virgil, Chancal, Assan et sa fille Iman.

Echoués

C’est pour rendre compte de la trajectoire totalement aléatoire qu’empruntent ses personnages que Pascal Manoukian a choisi ce mot « échoués », le titre de son livre, entendu par hasard sur une radio, explique-t-il. Le désespoir est tel dans ces pays que vous ne pouvez pas arrêter ces gens. Si vous n’avez pas l’éducation pour prendre la route, vous vous arrêtez dans un camp de réfugiés en Turquie et vous attendez. Si vous êtes un peu éduqués, si vous avez un peu d’argent, vous arrivez ici.

Espoir
Dans ce roman, son premier, Pascal Manoukian décrit les conditions misérables des clandestins, mais il n’en reste pas moins optimiste :Il faut regarder dans ces gens non pas ce qu’ils sont mais ce qu’ils peuvent devenir. Bien évidemment, ils font peur à tout le monde, ils arrivent en masse. Mais donnez-leur un nom, une histoire, un prénom, et essayez d’imaginer ce que ces gens peuvent devenir. Lui-même enfant d’immigrés, à travers les personnages de son roman, l’auteur donne la parole à celles et ceux, clandestins, migrants ou réfugiés, qui sont condamnés à vivre dans l’obscurité. En cela, le roman est aussi un livre « politique ».




RESSENTIS

Les échoués est un roman poignant et qui ne laisse pas indifférent. Pascal Manoukian nous raconte ces hommes qui fuient la guerre, les enfants soldats, les mutilations génitales des petites filles et tant d'autres horreurs. Il ne nous épargne rien des galères rencontrées par les migrants dans leur périple vers l'Europe. Car pour eux, la France est synonyme de liberté, le lieu idéal de vie pour eux et pour leur famille, quand celle-ci n'a pas été tuée au pays.

Mais le pays de cocagne rêvé est parfois loin de ce qu'ils avaient imaginé. Les migrants réalisent rapidement que leur chemin vers la liberté sera semé d'embûches : faim, agressions, exploitation des patrons, humiliations, etc. Sans jamais s'apitoyer ni juger, Pascal Manoukian nous raconte la vie de ces réfugiés clandestins avec réalisme et beaucoup d'humanité.

Les personnages sont attachants et très bien rendus, ce qui ajoute à la dureté de ce roman. On ne peut s'empêcher de ressentir de l'empathie pour ces hommes qui n'ont plus rien mais qui se raccrochent à une photo de leur famille ou à un objet-souvenir qui leur donne le courage de se battre pour une vie meilleure.

Un récit fort, malheureusement toujours d'actualité, qui nous fait prendre conscience du fossé existant entre nos vies européennes bien rangées et le quotidien dans ces pays pauvres et dévastés par la guerre ou la corruption.

Evidemment, Pascal Manoukian, qui a longtemps exercé en tant que journaliste de guerre, connait bien les pays dont il parle, ce qui lui donne un crédit supplémentaire. J'ai aimé son écriture réaliste et sans pathos, qui analyse aussi la situation.




study study study
avatar

Sapho
Le sage ArtiLittere


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pascal Manoukian

Message  Sapho le Lun 14 Aoû 2017 - 15:18

EXTRAIT


Même ce qui semble terne chez vous brille à nos yeux! Plus vous vous rendez la vie belle et plus vous nous attirez comme des papillons. Et ça ne fait que commencer, nous sommes les pionniers, les plus courageux. Vous verrez, bientôt des milliers d'autres suivront notre exemple et se mettront en marche de partout où l'on traite les hommes comme des bêtes. Il n'y aura aucun mur assez haut, aucune mer assez déchaînée pour les contenir. Parce que ce qu'il y a de pire chez vous est encore mieux que ce qu'il y a de meilleur chez nous.
avatar

Sapho
Le sage ArtiLittere


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pascal Manoukian

Message  bergamote le Lun 14 Aoû 2017 - 17:06

devant ton ressenti je note immédiatement .
en plus il parle d'un sujet qui me tient vraiment à coeur
merci Sapho
avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pascal Manoukian

Message  bergamote le Lun 9 Oct 2017 - 11:40

je viens de le terminer et quel belle leçon ce roman ! merci Sapho de me l'avoir fait connaître

Mon avis

Témoignage très fort de la vie parallèle de clandestins qui ont fui leur pays pour essayer de survivre en France et surtout travailler dans n’importe quelles conditions pourvu qu’il y ait un peu de salaire. Ils peuvent devenir des esclaves de ces négriers qui les insultent, les humilient, les font crever à la tâche mais il leur reste une chose que personne ne peut leur prendre l : leur dignité et leur volonté de survivre pour les leurs restés au pays.
Dans ce livre ils ont la chance de se rencontrer : le moldave, le Bangladais et le somalien et sa jeune fille qui a l’âge de sept ans a subi l’excision. Il veut la faire « découdre » et est prêt à payer le prix fort. C’est un vétérinaire qui s’en occupera…
Le Somalien et ses frères sont effeuilleurs de roses la nuit, vous savez ces jeunes gens venus d’ailleurs qui parfois viennent nous proposer des roses dans les brasseries ou restaurants, quand ils ne se font pas « vider » .
Je ne verrai plus jamais ces hommes de la même façon et je me promets de leur acheter une rose quand j’en rencontrerai un.
Un bon témoignage sur les horreurs, les difficultés non pas à vivre mais à survivre en parallèle d’une société qui sait très bien qu’ils existent mais ne veut pas les voir.
Quand un couple essaie de s’investir pour donner un peu de confort à nos personnages du roman, ils ont toute la copropriété qui veut faire une pétition : ils craignent pour leur sécurité… le monde est égoïste et ce roman nous le démontre encore une fois.
Mais il faut aussi retenir l’espoir insensé de ces hommes devant leur destin et leur désir de survivre et surtout leur solidarité face à tout ce qu’ils peuvent subir de pire.
Bravo à l’auteur
avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum