Les femmes
Être femme aujourd'hui ...

La Journée internationale des droits des femmes, qui a lieu tous les 8 mars, a été instituée par les Nations-Unies en 1977. Elle est l’héritière des luttes des mouvements féministes, qui ont permis aux femmes d’accéder à tous les métiers. Même s’il y a encore du travail !

Cette Journée internationale des droits des femmes, célébrée ce 8 mars, ne doit pas faire oublier que la marche vers la parité avance à tout petits pas. Tandis que dans les séries, les femmes ont de plus en plus le beau rôle, dans les faits, l'inégalité des sexes reste de mise ...

_________________________________



Benoîte Groult, une grande voix féministe s'éteint !


Elle s'appelait Benoîte, car ses parents pensaient attendre un garçon. Filleule de Marie-Laurencin (dont elle dira "C'était Zazie, dans la vie, dans la peinture, avec les poètes... c'était une petite fille.") fille de Nicole Poiret, dessinatrice de mode, et de André Groult, styliste de meubles, Benoîte Groult grandit à Paris durant les années folles, dans un milieu intellectuel et aisé. Elle est élevée dans les canons de la société bourgeoise ...

Lecture complète ICI

____________________________________________________________

Être femme hier ...




Si vous avez le courage de parcourir ces lignes, histoire peut-être de vous remémorer ce qu'elle fut, une des figures majeures de la pensée contemporaine, dont l’œuvre, avec une rare clairvoyance, a approfondi des thèmes aussi difficiles que tragiques, tels l'antisémitisme et le totalitarisme ...

Lecture complète ICI
_________________________________________

Ada LOVELACE, lady de l'informatique




Ada Lovelace, officiellement Augusta Ada King, comtesse Lovelace, née Anna Byron le 10 décembre 1815 et morte le 27 novembre 1852 à Londres, fille de lord Byron, est principalement connue pour avoir traduit et annoté une description de la machine analytique de Charles Babbage, un ancêtre de l'ordinateur.

Dans ses notes, on trouve le premier algorithme publié, destiné à être exécuté par une machine, ce qui fait parfois considérer Ada Lovelace comme « la première programmeuse du monde ». Elle a également entrevu et décrit certaines possibilités offertes par les calculateurs universels, allant bien au-delà du calcul numérique et de ce qu'imaginaient Babbage et ses contemporains.

Elle est assez connue dans les pays anglo-saxons et en Allemagne, notamment dans les milieux féministes ; elle est moins connue en France, mais de nombreux développeurs connaissent le langage Ada, nommé en son honneur.




Lecture complète ICI


_______________________________________________________________________




Marguerite Yourcenar


Marguerite Yourcenar, une femme libre


Marguerite Yourcenar hérite de ses deux parents son nom à rallonge : Marguerite Cleenewerck de Crayencour. Elle est la fille de l’aristocrate Michel Cleenewerck de Crayencour, qui prend en charge sa fille à la mort précoce de sa mère (seulement 10 jours après la naissance de Marguerite.)...

Son père, érudit anticonformiste dans ce milieu bourgeois très coincé élève sa fille dans le Nord de la France tout en l’amenant avec lui dans ses différents voyages en Europe ...

Elle s’inspire énormément des histoires d’amour de son père, et n’hésite pas à parler de l’homosexualité à travers un de ses personnages ...


Lecture complète ICI


Média/Net
Remplacer l'irremplaçable : être “nouveau” dessinateur à “Charlie Hebdo” ...

Actualité cinématographique
« L’idée que les artistes ne seraient pas soumis à la loi sexuelle commune est révolue »
Le sociologue Eric Fassin décrypte « la fin de l’exception sexuelle » en France, alors que Roman Polanski renonce à présider la cérémonie des Césars.

Professeur de sociologie à l’université Paris-8, département de science politique et département d’études de genre, Eric Fassin, auteur notamment du livre Le sexe politique. Genre et sexualité au miroir transatlantique (éd. EHESS, 2009) et de Populisme : le grand ressentimentparaître en mars aux éditions Textuel), réagit à la polémique suscitée par la nomination à la présidence de la cérémonie des Césars de Roman Polanski, qui a contraint le cinéaste à y renoncer.

En savoir plus sur : ICI

______________________________________________________________________________


MUSTANG de Deniz Gamze Ergüven




SYNOPSIS

C'est le dernier jour de l'année scolaire dans un village reculé de Turquie. Lale et ses sœurs rentrent de cours et jouent à la plage avec des garçons. Mais leurs jeux innocents font grand bruit dans le village très conservateur et leur grand-mère, outrée par ce qu'elle estime être de l'impudeur, les sanctionne dès leur retour à la maison. Entre les jeunes filles et les adultes, c'est le début d'une confrontation faite d'incompréhension. Peu à peu, la maison familiale se transforme en prison pour les jeunes filles qui se rebellent contre les traditions...
Meilleur scénario original CÉSARS 2016: Deniz Gamze Ergüven et Alice Winocour pour Mustang.

Lecture ICI


___________________________________________


Abbas Kiarostami, emporté par le vent !



C’est une perte majeure, celle d’un immense artiste – par ailleurs photographe, poète et peintre – qui aura marqué d’une empreinte indélébile l’histoire du cinéma mondial. Le réalisateur iranien Abbas Kiarostami est mort à 76 ans, a-t-on appris lundi 4 juillet, des suites d’un cancer. Selon l’agence de presse ISNA, le réalisateur, dont l’état de santé s’était dégradé, avait quitté Téhéran la semaine dernière pour subir un traitement en France, après avoir été opéré à la mi-mars dans la capitale iranienne.

Lecture complète ICI

_________________________________________________________



Umberto Eco, auteur du « Nom de la rose » : mort du plus lettré des rêveurs



L'écrivain s'était engagé contre Silvio Berlusconi, comme ici, à Milan, en 2011.


Philosophe, écrivain et essayiste, Umberto Eco est mort à 84 ans, vendredi soir 19 février, à son domicile, à Milan, d’un cancer, a confirmé sa famille au quotidien italien La Repubblica.

Pionnier de la sémiotique – la science des signes – et théoricien du langage (notamment de la réception), ce qui court en filigrane tout au long de son œuvre romanesque, auteur de nombreux essais sur l’esthétique et les médias, il a écrit tardivement son premier roman, qui connaît un succès considérable, Le Nom de la rose, paru en 1980 chez Fabbri-Bompiani. Cette enquête policière au sein d’une communauté religieuse au XIVe siècle, traduite en une quarantaine de langues et adaptée au cinéma, lui assura une notoriété quasi universelle.

Lecture complète ICI

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 30 le Jeu 2 Fév 2017 - 19:26
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

De l’art à la littérature ...





Nos membres et amis écrivains

Marie Chevalier

il y a un âge

Publié le 23 Décembre 2015

Il y a un âge….

Il y a un âge où certains plaisirs

Nous sont refusés

Oh ! je vois à quoi vous pensez !

Eh ! bien non !

Simplement vous ne pouvez plus

Adopter un petit chaton ou un petit chiot :

Vous n’y pensez pas ! A votre âge ?

Mais que deviendra-t-il si vous disparaissez ?

S’insurgent les amis, la famille ...


Vous trouverez ses nouvelles, parfois truculentes, parfois tristes ou tendres si joliment exprimées, ses jeux d'écritures, ses poèmes, ses romans ICI


Le dernier bain de Loana


Elle ne voulait pas se déshabiller et se mettre nue dans la salle de bains. Sa mère avait beau lui répéter qu’elles n’étaient que deux et que personne ne pouvait rentrer, il n’y avait rien à faire. Loana n’avait que deux ans quand son père les quitta pour une autre femme. A priori, du peu qu’elle avait entendu en faisant semblant de dormir, il en ressortait que sa mère devenait de plus en plus négligée et sale. La gamine n’avait jamais pris garde car elle-même refusait de se laver. Elle s’habituait à cette odeur de peau sale et de linge sale et c’est seulement quand elle fut inscrite à l’école que les ennuis commencèrent. Sa mère travaillait toute la journée et la réveillait tôt le matin pour la faire déjeuner et lui faire faire un brin de toilette. Elle s’énervait quand Loana hurlait qu’elle ne supportait pas l’eau, qu’elle avait peur. Maria avait du mal à tenir son sang-froid et la plongeait en pyjama dans la baignoire. — au moins tu auras quand même pris l’eau le reste partira avec la serviette —. Elle l’attrapait sous les aisselles et la frottait très fort. Une petite claque sur les fesses : aller zou ! vite ton pull à capuche et ton jogging bleu marine ...


Lecture complète ICI



Racontez une p’tite histoire en prose ou autre… poésie, haïku, etc, à votre guise !


La belle vieille dame

Un visage extraordinaire

Aux joues creusées

Par le temps, les chagrins

Et les petites joies,

Les lèvres fines

Les yeux noirs de braise

Enfoncés dans leur orbite

Un turban entourant ses cheveux gris

Des perles de couleur scintillante

Illuminant ses oreilles

Les doigts recourbés

Serrant ce qui

L’emmène à l’extase

Et L’enveloppe

D’une épaisse brume blanche

Que vous êtes belle

Madame …


Lecture complète ICI



__________________________________________________



Jocelyne Fonlupt-Kilic


Jocelyne Fonlupt-Kilic est une auteure française, née à Lyon en 1950. À présent, elle a quitté Paris, où elle vivait depuis 1974, pour l’île singulière. Après avoir exercé 36 métiers, de la vente en charcuterie au journalisme en passant par l'enseignement, elle est aujourd'hui à la retraite et peut se consacrer à ses passions : l'écriture, la photo et les voyages ...




Si je devais choisir un mot pour résumer ce roman ce serait assurément celui de Rencontres. Rencontres campées ici dans un polar original et truculent. Rencontres à Lugdunum en l'an de grâce 1305. Rencontres de nos jours à Lyon, à l'automne 2009. Rencontres avec la gouaille lyonnaise, les « gones », les « traboules », la fête des lumières, la croix-rousse, la gastronomie et ses bouchons.
Bien évidemment, toutes ces rencontres n’auraient pas le sens qu'elles ont si l'auteure n'avait pas fait le lien entre les différentes époques de la capitale des Gaules et si elle n'avait pas eu à cœur de redonner un sens premier au récit. Transmettre les traditions, communiquer, partager et comprendre l'histoire en sont en effet les dénominateurs commun ...

Bien d'autres livres à découvrir dont :
Enfants de 1950 : Nous naissons en pleines « Trente Glorieuses », dont les maîtres mots sont « baby-boom » et « plein-emploi ». Nous accompagnons les premiers pas de la société de consommation, et profitons dès notre enfance d’un confort relatif. Pourtant cette société interdit encore l’avortement, la publicité pour la contraception, le travail féminin sans consentement de l’époux. Puis viendra Mai 68, et nous aurons tout juste dix-huit ans…

suite ICI

Autres liens : ICI

Déception

L’enivrante odeur d’iode et de varech
Se mêle à l’odeur enivrante de la criée
Et les mâts des navires cliquettent au vent

Je me souviens
C’est fugace et entêtant
C’est si lointain

La mer cette inconnue
De mes douze ans
Devant moi, mouvante et grise

C’est le cri des goélands
Les pleurs du vent dans la voile
Le crissement du sable sous mes semelles

Le sel brûle mes yeux
Le vent les fait pleurer
C’est donc ça un port ?

C’est donc ça la mer ?
Où sont les fiers palmiers et le soleil ardent des tableaux?
Où est passé l’azur des chromos ?

Et les alizés et les colliers de fleurs
Et les femmes à demi-nues déesses tropicales
N’était-ce qu’un leurre ?

Jocelyne Fonlupt-Kilic







Actualités littéraires

Bob Dylan, Prix Nobel de littérature 2016


Le prix Nobel de littérature 2016 est décerné à Bob Dylan, 75 ans, « pour avoir créé dans le cadre de la grande tradition de la musique américaine de nouveaux modes d’expression poétique », a annoncé la secrétaire générale de l’Académie suédoise, Sara Danius.

L’Américain, premier musicien à être récompensé par l’académie depuis la création du prix en 1901, succède à la Biélorusse Svetlana Alexievitch.



Une histoire de l’Amérique à lui seul


Dylan est une histoire de l’Amérique à lui seul, synthétisant dans son œuvre la poésie surréaliste de la beat generation, l’austérité militante du folk, la complainte du blues, l’énergie révoltée du rock et la chronique de la vie quotidienne propre à la country.

Présentée par l’Académie suédoise comme une « icône », la légende du folk a sorti son 37e album, Fallen Angels, en mars. A l’occasion d’une cérémonie de remise de trophées, organisée en 2015, l’auteur-compositeur était revenu sur son parcours :


"Les chansons ne sont pas apparues par magie, je ne les ai pas fabriquées à partir de rien. J’ai appris à écrire des paroles en écoutant des chansons folk. Et je les ai jouées (…), je n’ai rien chanté d’autre que des folk songs, et elles m’ont ouvert le code pour tout ce qui est de bonne chasse, tout ce qui appartient à tout le monde."

Lecture complète ICI


_______________________________________________________


Prix Goncourt

Le Prix Goncourt 2016 a été attribué à Leïla Slimani pour son roman Chanson douce (Gallimard), fable tragique s’ouvrant sur le meurtre des deux enfants de la narratrice par leur nourrice. Suit un récit à rebours, dans lequel l’auteure conte l’arrivée de cette nounou au sein du cercle familial dans un style dépouillé.


Dans "les Matins des écrivains", le 2 septembre dernier, Leïla Slimani signait une chronique sur le rapport des hommes politiques à l'Histoire. Et il y a quelques jours seulement, elle était reçue dans Ping Pong pour parler du roman qui vient d'être récompensé. Elle y décrivait sa volonté de dénuder autant que possible son écriture, d'aller au plus limpide :



_______________________________________________________________


PRIX RENAUDOT




Yasmina Reza

Son théâtre est joué dans le monde entier, mais avec “Babylone”, le roman qu'elle publie fin août, c'est sa récente passion pour les procès d'assises qui affleure. Portrait d'une insaisissable diva des lettres ...


Fille d'un père ingénieur juif, mi-iranien, mi-russe, et d’une violoniste hongroise arrivée en France pour fuir la dictature soviétique, Yasmina Reza étudie le théâtre et la sociologie à l'université de Nanterre. Elle est mère d'une fille Alta née en 1988 et d'un fils Nathan né en 1993 ...


Elle vient d'obtenir le Prix Renaudot 2016 pour son roman Babylone, paru chez Flammarion. Elle a été reçue au mois de septembre dans Les Matins pour parler de son écriture, entre critique de l'existence et récit :

"La photo est une intensité de vie maximale, même si c'est une personne qui dort, ou qui rit... et c'est un moment qui a disparu à jamais. Et ça c'est pour moi un départ de fiction qui est considérable. J'ai toujours considéré les photos comme des potentialités de fiction puisqu'il y a un hors-champ qui est vraiment très porteur."


______________________________________________________


Prix Médicis




Le Prix Médicis a été attribué le 2 novembre 2016 à Ivan Jablonka pour Laëtitia ou la fin des hommes, un récit-enquête sur l'affaire Laëtitia Perrais (enlevée et poignardée à 18 ans) publié aux éditions du Seuil. L'historien était passé le 6 octobre dans Les Discussions du soir et le 29 août 2016 dans La Grande Table pour parler du fait divers comme un "révélateur d'époque".

"J'ai rencontré quelqu'un qui était disparu. J'ai rencontré une absente. Alors c'est un peu bizarre... Mais Laëtitia Perrais est présente à nous parce qu'elle est absente, parce qu'elle est morte. Et tout mon livre a été de lui redonner cette force de vie qui était la sienne." Ivan Jablonka


Ancien élève de l’École normale supérieure, Ivan Jablonka est professeur d’histoire à l’université Paris 13 (Sorbonne Paris Cité). Il est rédacteur en chef de laviedesidees.fr et codirecteur de la collection "La République des Idées" au Seuil.


________________________________________________________________

Prix Femina




- Marcus Malte, a reçu ce mardi 25 octobre le prix Fémina pour son roman "Le Garçon". Il succède ainsi à Christophe Boltanski, lauréat 2015, récompensé pour "La Cache" publié aux éditions Stock.

"Ce livre est une grande épopée, une histoire magnifique qui ressuscite le mythe de l'enfant sauvage qui parvient à la civilisation", a résumé Mona Ozouf, présidente du prix Femina.

Ce roman raconte l'histoire d'un garçon qui n'a pas de nom et ne parle pas. Son monde se limite à sa mère et aux alentours de sa cabane. Ce récit raconte sa rencontre avec le reste du monde, le reste des Hommes.

"Itinéraire d'une âme neuve qui s'éveille à la conscience au gré du hasard et de quelques nécessités, ponctué des petits et grands soubresauts de l'Histoire, le Garçon est à sa façon singulière, radicale, drôle, grave, l'immense roman de l'épreuve du monde", résume la maison d'édition Zulma, son éditeur.

Marcus Malte a obtenu 7 voix contre 3 à Nathacha Appanah ("Tropique de la violence"). Le prix Femina du roman étranger a été attribué à Rabih Alameddine pour "Les vies de papier" et le Femina de l'essai à Ghislaine Dunant pour "Charlotte Delbo, La vie retrouvée".









Musique







Tigran Hamasyan commence à s'intéresser au piano dès l'âge de deux ans. À trois ans, il chante les chansons de Led Zeppelin, Deep Purple, les Beatles, Louis Armstrong ou encore Queen en s'accompagnant au piano[réf. nécessaire]. À sept ans il découvre le monde du jazz, et passe ses journées à écouter différentes mélodies et à improviser au piano1. Il poursuit alors son éducation musicale classique à l'école.

... Article Télérama

"Il faut saluer encore une fois l'originalité de Tigran Hamasyan, prodigue pianiste de jazz capable d'enchaîner, disque après disque, gammes arméniennes nappées d'électro (Shadow Theater), martèlements jubilatoires empruntés au rock metal (Mockroot) et, aujourd'hui, chants d'église. Ni cordes, ni batterie pour cette retraversée de la musique sacrée arménienne, mais l'excellent choeur de chambre de l'Etat d'Erevan, qui ressuscite avec lui les hymnes fondateurs de saint Mesrop (362-440), les lamentations de Grigor Narekatsi ou encore les monodies de l'emblématique Komitas, prêtre du xixe siècle.

Ces chants entièrement réarrangés semblent résonner dans une nef de cathédrale, comme noyés dans une réverb un peu mouillée. Ils composent ainsi une étrange nébuleuse liturgique, que viennent percer des voix d'anges, hautes et mélodieuses. Le piano de Tigran Hamasyan est étonnamment réservé, mais d'une fulgurante précision : ses métriques érudites font tout le sel du dialogue, au point que, souvent, on ne saurait du chœur ou de l'instrument lequel accompagne l'autre. Tendu de drame et de gravité, son rapport au sacré, mais aussi à son pays natal, laisse les cœurs transis de mélancolie. — Anne Berthod"

Lecture de ce fil ICI

_______________________________________________

Partage du petit prince pour vous ... ICI

A écouter avec votre lecteur audio habituel. Pour ma part, je l'ai essayé avec VLC et cela fonctionne très bien !



Derniers sujets
» Antonio Lobo Antunes ( Portugal )
Mer 19 Juil 2017 - 15:02 par Sapho

» Elena FERRANTE ( Italie)
Dim 16 Juil 2017 - 16:48 par Arun

» Toine Heijmans ( Pays Bas)
Dim 9 Juil 2017 - 9:44 par Arun

» Exposition 2017 Saint Paul en chablais
Ven 7 Juil 2017 - 9:09 par Arun

» rosa montero
Mar 4 Juil 2017 - 17:18 par bergamote

» Mort de Simone Veil
Sam 1 Juil 2017 - 17:34 par bergamote

» Anthony Doerr
Lun 26 Juin 2017 - 15:22 par bergamote

» Anna McPartlin
Lun 26 Juin 2017 - 15:19 par bergamote

» Gabriel Garcia Marquez ( Colombie ) Prix Nobel de Littérature 1982
Sam 27 Mai 2017 - 15:22 par Sapho

» Festival de Cannes 2017
Jeu 25 Mai 2017 - 15:02 par Sapho

Actualités artistiques
Serguéî TOUTOUTNOV



Serguéï TOUTOUNOV est né en 1958 à Moscou (Russie) dans une famille d'artiste-peintres. Dès sa petite enfance, sous l'égide de son père, il suit une formation régulière et systématique du dessin et de la peinture ...

Lecture complète ICI

_____________________________________________________


Hitotzuki est un duo de street artists japonais composé de Kami et Sasu, deux artistes qui imaginent ensemble des compositions poétiques, entre mandalas colorés, fleurs gigantesques et formes vaporeuses. Hitotzuki est une jolie association dans laquelle les courbes de Kami complètent à merveille les motifs symétriques de Sasu...




Lecture complète ICI
Nos lectures ...
Marie Chevalier



Bruno et Ariane sont mariés depuis douze ans, ont une petite fille adorable Diane. Ils vivent tranquillement dans un pavillon de banlieue agréable.
Un soir, ils se disputent comme cela peut arriver dans un couple et ils vont se coucher fâchés.
Le lendemain Bruno n’est plus là et Ariane trouve un petit mot sur la table de cuisine : amuse-toi bien moi c’est ce que je vais faire.
Toute sa vie va être modifiée à cause de cette phrase. Contrariée et anxieuse, Ariane prend sa voiture et a un accident. Alors commence l’engrenage infernal. C’est à ce moment qu’elle perd complètement ses moyens et est obligée d’aller se faire soigner, mais pas n’importe où : au centre Dural…

Lecture complète de ce fil ICI

_______________________________________________________________



Nicole Yrle




François de Fossa - Variations en Clair-Obscur, roman (Seconde époque - 400 pages), paru en septembre 2016.

En suivant les pas de l’officier-musicien, vous entrez dans une époque fascinante où les rapports sociaux sont en mutation perpétuelle. Les temps changent...

Nicole Yrle dépeint avec brio cette période passionnante de notre histoire.

Voici la deuxième partie tant attendue ! un grand merci à toi chère Nicole et toutes mes félicitations pour ce beau travail !

Lecture complète du fil ICI

__________________________________________________

Marie Sizun



J'ai retrouvé dans ce petit roman toutes les émotions de ma tendre enfance car j'ai vécu presque cette histoire mais il s'agissait de ma mère.
Comment un enfant peut-il arriver à détester l'un pour se faire valoir auprès de l'autre?
Pourquoi cette petite crie, dessine sur les murs et fait des bêtises? parce qu'elle se sent exclue..
et puis responsable aussi sans doute d'avoir dévoilé un secret rien que pour attirer l'attention sur elle.
Elle croit avoir gagné enfin l'amour entier de son père quand arrive la nouvelle amie de celui-ci, elle est prise de rancœur et de colère de jalousie, et comprend qu'elle ne sera plus la petite...


Critique de rotko
29 septembre 2016 via FCB

« Comme tu le retrouves, l'étrange climat de ces années-là, avec son parfum de tendresse méfiante et son goût de bonheur volé. »

Au départ, c'est une complicité joyeuse entre la mère et l'enfant, puis l'étonnement devant ses changements d'humeur, la peur devant le surgissement d'une personnalité inquiétante, la honte devant des conduites publiques inadaptées, la crainte des scandales, de nouveaux accès de démence…
Dans ce récit à la deuxième personne (TU), l'adulte revit les moments d'enfance et la prise de conscience de « ce qui ne va pas » dans le comportement de sa mère ; Les termes de « folie », de comportement « maniaco-dépressif » surviennent dans les commentaires des adultes proches ...

Lectures complètes ICI

_______________________________________________

Palmyre



Palmyre

Auteur : Paul Veyne
« Ayant eu pour métier l'étude de l'Antiquité gréco-romaine, je n'ai cessé de rencontrer Palmyre sur mon chemin professionnel. Avec la destruction de Palmyre par l'organisation terroriste Daech, tout un pan de notre culture et mon sujet d'étude viennent brutalement de voler en éclats. Malgré mon âge avancé, c'était mon devoir d'ancien professeur et d'être humain de dire ma stupéfaction devant ce saccage incompréhensible et d'esquisser un portrait de ce que fut la splendeur de Palmyre qu'on ne peut plus désormais connaître qu'à travers les livres. »

C'est cette histoire de la « Venise du désert » que nous peint Paul Veyne ; avec lui, nous découvrons cet immense vestige d'un monde aboli.

_________________________________________


Guillermo ROSALES ( Cuba)



Guillermo Rosales (né en 1946 à la Havane, mort suicidé en 1993 à Miami) est un écrivain cubain. Après un double exil, fuyant d'abord la dictature de Batista puis celle de Fidel Castro, Rosales écrit sur l'indifférence qui existe parmi la société américaine sur les désillusions qui s'abattent sur les immigrés cubains installés en Floride, les « Cubano-Américains », qui échouent à concrétiser le Rêve américain. Il devient ainsi l'un des plus grands écrivains cubains de la seconde moitié du xxe siècle, à l'instar de Carlos Montenegro et de Reinaldo Arenas.
Il vit en marginal du fait de sa schizophrénie. Journaliste et écrivain pendant qu'il vit à Cuba, il connaît une célébrité précoce avec son roman El Juego de la Viola, paru en 1967, qui lui permet d'être finaliste du prix Casa de las Americas, prix attribué par la fondation Casa de las Americas fondée par Fidel Castro. Mais en 1979, il fuit le régime castriste et s'exile à Miami, où il disparaît de la vie publique. Il passe le reste de sa vie dans des « halfway houses (en) », sorte de maisons d'insertion, « refuges de marginaux où les désespérés vont ». Cette expérience lui donne la matière pour rédiger son œuvre la plus connue, parue en espagnol sous le titre initial de « The Halfway House » puis reparue sous le titre de Boarding home. Ce roman lui vaut en 1987 de se voir décerner le prix "Letras de Oros", décerné par le poète mexicain Octavio Paz, prix Nobel de littérature.

Rosales se suicide à Miami en 1993, à l'âge de 47 ans. Il avait auparavant détruit la majeure partie de son œuvre. Seuls les deux romans parus précédemment lui survivent.

Lecture complète ICI

_______________________________________



Trois amis en quête de sagesse

Un traité de sagesse à trois voix.

«Ce livre est né de notre amitié. Nous avions le profond désir d’une conversation intime sur les sujets qui nous tiennent à cœur.»

Trois amis en quête de sagesse, un moine, un philosophe, un psychiatre. Depuis longtemps, ils rêvaient d’écrire un livre ensemble, pour être utiles, pour apporter des réponses aux questions que tout être humain se pose sur la conduite de son existence. Quelles sont nos aspirations les plus profondes ? Comment diminuer le mal-être ? Comment vivre avec les autres ? Comment développer notre capacité au bonheur et à l’altruisme ? Comment devenir plus libre ?… Sur chaque thème, ils racontent leurs expériences, leurs efforts et les leçons apprises en chemin. Chaque fois, ils nous proposent des conseils. Leurs points de vue sont différents, mais ils se retrouvent toujours sur l’essentiel.
Un livre limpide et lumineux pour apprendre le métier de vivre.

[Lecture complète]

_______________________________________________________________________

Mathias Enard (prix Goncourt 2015)




Mathias Enard après des études d’arabe et de persan et de longs séjours au Moyen-Orient s’installe en 2000 à Barcelone. Il y anime plusieurs revues culturelles.

Il participe aussi au comité de rédaction de la revue Inculte à Paris.
Il a publié "La Perfection du tir" (2003 – Prix des cinq continents de la francophonie 2004), "Remonter l’Orénoque" (2005) et "Bréviaire des artificiers" (2007).

En 2008, Acte Sud publie son roman "Zone" caractérisé par une seule phrase de 500 pages. "Le roman" reçoit la même année, le Prix Décembre et le Prix du livre Inter.

Mathias Enard a obtenu le 25e Prix du livre en Poitou-Charentes pour "Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants". Il reçoit le Goncourt des lycéens en 2010.

Marion Laine adapte au cinéma "Remonter l'Orenoque" en 2012 sous le titre "A cœur ouvert" avec J.Binoche et E. Ramirez ...


LIVRE LU : REMONTER L'ORENOQUE



RESUME

Dans les corps qu'ils ouvrent, les patients qu'ils soignent, et jusque dans leur amitié, deux chirurgiens cherchent, comme à tâtons, une vérité qui justifierait leur propre existence. Youri opère sous les yeux de Joana, la jeune infirmière qu'Ignacio convoite ; au cœur d'un été caniculaire et d'un hôpital en pleine déliquescence, l'un se perd dans la passion comme l'autre dans l'alcool et la folie. Ils pousseront Joana à les fuir, à entreprendre un long voyage au Venezuela : remonter le grand fleuve Orénoque sera pour elle l'occasion de démêler, depuis le ventre tiède d'un cargo, l'écheveau de leurs vies. Au fil de ce voyage vers l'Amazonie, le deuxième roman de Mathias Enard nous emporte au centre d'un triangle amoureux dont les sommets seraient la naissance, le corps et le désir, tous trois si ténus qu'ils ne sont peut-être que des reflets sur les eaux boueuses d'une rivière mythique.

Lecture complète : ICI