Rabah Belamri

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Rabah Belamri

Message  Arun le Ven 16 Sep 2016 - 9:38


Pour Sapho ... (de FCB)

Résumé :

Algérie, 1962: à la veille de l'Indépendance, dans un village meurtri par sept années de guerre, Hassan, âgé de quinze ans, commence à perdre la vue à la suite d'un décollement de la rétine. Devant l'impuissance de la médecine moderne à guérir l'enfant, la mère recourt à la magie et aux médecines traditionnelles: marabouts, sorciers et charlatans multiplient les traitements cocasses et dangereux. L'adolescent vit une double tragédie: les progrès implacables de son mal et l'histoire de son pays faite de douleurs et d'incertitudes. Et pourtant Hassan le merveilleux sait rire et désirer, souffrir et apprendre, visiter sa mémoire en feu et observer la vie autour de lui tendre, folle et cruelle. Sa lucidité et son courage font de ce roman une œuvre rare qui nous touche en plein cœur.

Critique de Alain rotko
14 juin 2015

Regard blessé, chez Gallimard

Mars 1962, l'adolescent se rend à Alger: Hassan veut recouvrer la vue, et son pays, trouver le bonheur dans l'indépendance.
À mesure que se ferment les yeux sur le monde extérieur, reviennent les souvenirs, alternent l'imagination enfantine et les désirs adolescents. L'enfant, resté dans le monde des femmes, écoute leurs propos:
Citation :
«Hassan faisait semblant d'être absorbé par son travail. En fait rien ne lui échappait des propos échangés... Par moments sa mère (Fatima Zohra) l'observait à la dérobée. Non, il n'écoutait pas; il était tout entier à la fabrication de son arc.»
Suit le récit de la mort d'Abla, jeune femme assassinée :
Citation :
«On dit que son corps était devenu tout violet. Et tu sais, ils ne l'ont même pas lavée! Ils l'ont mise comme ça dans le linceul, comme ça; c'est un péché! Et puis ils ont dit aux gens: Abla est morte cette nuit. Elle a eu des coliques effroyables. Elle a dû manger une herbe vénéneuse.
-Dieu ait son âme!
Fatima Zohra tourna la tête vers son fils: il pleurait, son arc défait devant lui.».
Le romancier fait vivre le village torturé par sept années de guerre, et montre Alger qui fête l'indépendance; on fait son trou ou on règle ses comptes.
Dans ce drame historique, les tragédies individuelles sont rapportées sans pathos, comme vues par un regard naïf mais sans complaisance.
La peinture d'Alger en mars 1962 me rappelle le regard de Wajda sur Varsovie dans le film Cendres et diamants.
Drame individuel :
Hassan, incrédule, mais objet des préoccupations familiales, se prête à ses dépens aux recettes des charlatans qui prétendent le guérir d'un décollement de la rétine.
Citation :
«Il se sentait un peu responsable de la peine qu'il causait à ses parents avec ses yeux encore malades...»
Dans ce récit inspiré par sa vie même, le romancier ne montre nulle aigreur personnelle, mais une attention fraternelle à tous ceux que L Histoire (avec sa grande H) broie sur son passage.
Ce livre avait obtenu le prix France-culture.



"Le mouton n'a pas mangé la rose et le Petit Prince n'est pas mort"

avatar

Arun
Tour de contrôle


http://www.suzannephilippe.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rabah Belamri

Message  Sapho le Ven 16 Sep 2016 - 15:43


Oh oui Arun, un roman qui me plaira très certainement study study study

Merci pour la transmission merci messages panca merci messages panca
avatar

Sapho
Le sage ArtiLittere


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rabah Belamri

Message  bergamote le Lun 19 Sep 2016 - 17:27

je note aussi merci Sapho!
avatar

bergamote
Le sage ArtiLittere


http://mariechevalier.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rabah Belamri

Message  Arun le Lun 19 Sep 2016 - 17:42

Ah Berga, j'ai pensé que tu l'avais vu sur FCB sorry ma belle !


"Le mouton n'a pas mangé la rose et le Petit Prince n'est pas mort"

avatar

Arun
Tour de contrôle


http://www.suzannephilippe.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum