Pablo NERUDA ( Chili)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pablo NERUDA ( Chili)

Message  Sapho le Mar 20 Sep 2016 - 18:55



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Nationalité : Chili
Né(e) à : Parral , le 12/07/1904
Mort(e) à : Santiago , le 23/09/1973

Biographie :
Pablo Neruda, Neftalí Ricardo Reyes Basoalto, est un poète chilien.



À dix-neuf ans, il publie son premier livre "Crépusculaire"et un an plus tard, "Vingt Poèmes d'amour et une chanson désespérée". À partir de 1927, Pablo Neruda occupe plusieurs postes consulaires, c'est ainsi qu'il entretient des relations amicales avec Federico García Lorca, alors qu'il est consul en Espagne. En 1933, il publie "Résidence sur la Terre".

En 1950, on lui décerne le prix Staline de la paix. En 1969, il est désigné par le Parti communiste comme candidat à la présidentielle. Avec la mise en place de l'Unité populaire (1970), négocié avec le parti socialiste, il s'efface devant Salvador Allende, qu'il soutient. Pablo Neruda est nommé ambassadeur à Paris par le nouveau président.

En 1971, Neruda reçoit le prix Nobel de Littérature « pour une poésie qui par l’action d’une force élémentaire donne vie à la destinée et aux rêves de tout un continent »; et il se rend à New-York pour dénoncer le blocus organisé par les États-Unis visant à mettre en difficulté le gouvernement de gauche. Le poète est mis en résidence surveillée par les putschistes du 11 septembre 1973, lors du coup d'état fasciste du Général Pinochet. Il meurt 12 jours plus tard, officiellement d'un cancer. Ses maisons de Santiago (surnommée "La Chascona"), de Valparaiso ("La Sebastiana"), et d’Isla Negra, sont plusieurs fois perquisitionnées et saccagées. Ses obsèques sont l'occasion d'une grande manifestation d'opposition à la junte qui vient de prendre le pouvoir.

Neruda est l'auteur d'une œuvre poétique majeure teintée de lutte politique et de révolte ("Chant général") mais aussi de lyrisme, car elle est aussi un hymne à l'histoire, à l'identité, à la beauté tellurique de tout le continent latino-américain. Il est aussi l'auteur de plusieurs recueils de poèmes d'amour charmants, qui seront mis en musique et chantés par les plus grands chanteurs poètes de la "Nueva Canción chilena". Il a aussi écrit un recueil de poèmes pour les enfants (et les grands !): "Le livre des questions", et plusieurs ouvrages de réflexions existentielles, politiques ou autobiographiques ("J'avoue que j'ai vécu", paru à titre posthume en 1974).


LIVRE LU : J'AVOUE, J'AI VECU

RESUME

"Peut-être n'ai-je pas vécu en mon propre corps: peut-être ai-je vécu la vie des autres", écrit Pablo Neruda pour présenter ces souvenirs qui s'achèvent quelques jours avant sa mort par un hommage posthume à son ami Salvador Allende.
Les portraits d'hommes célèbres - Aragon, Breton, Eluard, García Lorca, Picasso - côtoient les pages admirables consacrées à l'homme de la rue, au paysan anonyme, à la femme d'une nuit.
À travers eux se dessine la personnalité de Neruda, homme passionné, attentif, curieux de tout et de tous, le poète qui se révèle être aussi un merveilleux conteur.
Inoubliable, cette prostituée de Singapour qui le suit de consulat en consulat et, jalouse de son sommeil même, veille un couteau cinghalais à la main,
Emouvantes, ces trois veuves françaises isolées au plus profond de la forêt australe, qui offrent au jeune voyageur un dîner digne de Vatel et l'inscrivent à leur fichier afin de ne pas risquer de lui servir les mêmes mets, si un jour...
Exemplaire, l'invention de ce peintre chilien qui compte remplacer la politique par la culture des pommes de terre : si chaque homme en plantait une, il en récolterait trente et personne ne connaîtrait plus la faim.
Mais c'est la terre chilienne, tant de fois chantée dans ses poèmes, qui sert de toile de fond aux mille anecdotes de ce bonheur d'avoir vécu une existence riche en péripéties et en amitié. Au commencement était la forêt araucane, «cette gloire, ce silence», qui fascinait l'enfant autant que la sonorité des noms de gares où son père, aimable et rude géant entouré d'anciens repris de justice, menait les trains chargés de graviers qu'il déversait dans les rivières pour qu'elles ne débordent pas. En racontant son enfance, c'est toute la vie d'un "far west austral" que ressuscite Pabio Neruda.
En contrepoint, la France, Paris dans les années 1930, occupe une place privilégiée : le poète y a séjourné souvent, il y a vécu lors de la guerre d'Espagne, organisant l'immigration des réfugiés au Chili.
"Les Mémoires du poète ne sont pas ceux du chroniqueur", dit encore Pabio Neruda. Le lecteur s'en félicitera et regrettera peut-être qu'il ne nous ait pas laissé davantage de textes en prose...
Pabio Neruda (de son vrai nom; Neftali Ricardo Reyes) est né en 1904. Il a obtenu le Prix Nobel de littérature en 1971, alors qu'il était ambassadeur du gouvernement chilien de l'Unité populaire à Paris. Il est mort à Santiago du Chili le 3 septembre 1973, douze jours après le coup d'État militaire qui renversa le gouvernement de Salvador Allende, alors que sa maison avait été saccagée.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


RESSENTIS


Lorsqu'on lit Neruda, autant en prose qu'en vers, la qualité de son style est tellement grande que la littérature pour moi peut devenir mystique. Ici, il effectue une brillante et subtile analyse de sa vie, de sa conscience, avec les matériaux qu'il connaît le mieux : les mots, la beauté, l’élégance, le bon goût. Il entremêle quelques-uns des plus puissants thèmes de la poésie : l'espace, le temps, la vie et la mort. Tel un Marcel Proust chilien, Neruda réussit à nous éblouir par la force de ses souvenirs et une prose digne des plus grands classiques . Maestro de l'écriture, Neruda à travers ces pages, devient le "moi" de l'Amérique du sud. En se rapprochant de leur "moi", les grands écrivains parviennent à toucher au sublime, à la perfection littéraire par leur propre vécu souvent grandiose. Au début du bouquin, nous sommes informés que ces mémoires ont été interrompues par la mort de Neruda. Mathilde Neruda et Miguel Otero Silva se sont chargés de la contexture définitive de l'original. Malgré cet avertissement du début, nous ressortons grandi de cette lecture, où il y a parfois, malgré la douceur, des déferlements de vagues. Je préfère les biographies écrites par le sujet lui-même, surtout lorsqu'il est poète, parce que j'ai le sentiment que l'on est plus proche d'une certaine vérité, en tout cas plus proche de la vérité "subjective", de la vérité de l'âme.

Un livre d'une grande intensité


study study study
avatar

Sapho
Le sage ArtiLittere


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pablo NERUDA ( Chili)

Message  Arun le Mar 20 Sep 2016 - 19:21

Je me souviens de "Vingt Poèmes d'amour et une chanson désespérée" et de bien d'autres que j'ai apprécié. J'ai aimé, admiré Pablo Neruda, donc très intéressée par cet ouvrage qui m'a échappé à l'époque ? ou bien ai-je oublié ! c'est peu probable ...

Merci Sapho pour ce partage, je pense que j'aimerai lire cela, il va aller directement en tête de ma longue, très longue liste ! study


"Le mouton n'a pas mangé la rose et le Petit Prince n'est pas mort"

avatar

Arun
Tour de contrôle


http://www.suzannephilippe.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum